Le MADD honore Couleur et Design


Le musée des Arts décoratifs et du Design dévoile sa nouvelle exposition consacrée à la couleur. Attention, vous risquez d’en avoir plein les yeux !

78_affiche_finale

20170628_161221.jpg

Deux ans de réflexion, c’est ce qu’il a fallu à la commissaire d’exposition, Constance Rubini (directrice du musée) et son équipe afin de prendre pleinement possession de ce vaste et complexe sujet qu’est la couleur. Concept plus que réalité, la couleur est ici envisagée dans son lien avec le Design, répondant aux intérieurs colorés de l’hôtel de Lalande.

Si ce sujet est si difficile à traiter, c’est bien parce que la couleur est rebelle. Comme il est expliqué dans cette exposition investissant l’ancienne prison municipale du XIXe siècle à l’arrière du musée (une première !), « elle ne se laisse enfermer dans aucune case, et pourtant c’est elle qui définit en grande partie notre relation aux objets ». Tel est donc le parti pris du parcours, comprenant environ 400 pièces. Deux cours se font face, exposant ces deux idées. L’une, conçue par le scénographe invité, le designer Pierre Charpin (créateur de l’année, Maison & Objet 2017), fait appel à la couleur franche, pigmentée, notamment au travers d’objets de la vie quotidienne. L’autre, conçue par le musée, montre la couleur irisée, la couleur de l’arc-en-ciel, presque magique, obtenue dans la nature par le reflet de la lumière sur la structure-même des objets, ce que les hommes ont souvent tenté de reproduire. Des oiseaux, scarabées et coquillages se retrouvent aux côtés des robes de Paco Rabanne, des chaussures Nike, de vases ou tables design.

20170628_155218

IMG_20170629_202237_352.jpgL’exposition sait jouer de son nouvel espace si atypique, et utilise les anciennes cellules des prisonniers pour y présenter différents points de vue, différentes histoires sur la couleur. Parmi les nombreux éléments colorés à découvrir, sont mis en avant les teintures – avec les peu connus boros japonais (vêtements de travail bleus) -, l’évolution des Tupperware, ou encore les produits Ricard. Le domaine de l’industrie est également mis à l’honneur avec Paule Marrot, femme décoratrice qui a révolutionné le design des carrosseries Renault. Les façades de la Cité Frugès de Pessac par Le Corbusier, patrimoine local, ne sont pas oubliées. Enfin, une première dans un musée : le public peut profiter des fauteuils Panton, tout comme les cartons d’invitation d’Olivier Saillard recueillent les baisers des visiteurs, à placer près de celui de Catherine Deneuve. 

Ainsi, ne faisant en aucun cas appel à des connaissances en design ou en sciences naturelles, cette riche exposition stimule avant tout notre sensibilité et nos souvenirs personnels, quelque soit notre âge. La rendant immanquable et… mémorable.

———-

Oh couleurs ! Le design au prisme de la couleur, du 29 juin au 5 novembre 2017, Musée des Arts décoratifs et du Design, Bordeaux. 

L’exposition se prolonge : 

  • Dans le parcours permanent du musée,
  • Dans les vitrines des Galeries Lafayette, avec les œuvres de la designer Ionna Vautrin à partir du 5 juillet,
  • À la Cité Frugès Le Corbusier de Pessac, pour une présentation particulière sur la couleur.

Elle s’inscrit dans la saison culturelle Paysages Bordeaux 2017, du 25 juin au 25 octobre, dont le centre du projet est la 7e édition d’Agora, biennale de Bordeaux, architecture-urbanisme-design, tout cela en l’honneur de l’arrivée de la LGV plaçant Bordeaux à 2h de Paris. 

TARIFS

Plein tarif 5€

Tarif réduit 3€
Pass Musées Bordeaux : Solo 25€ / Duo 37,5€

———-

Par Chloé Solé

 

Publicités