« Les Animaux Fantastiques » n’ont de fantastique que le nom


L’univers Harry Potter est de retour au cinéma avec « Les Animaux Fantastiques« . Ce premier volet d’une saga de cinq films est réalisé par David Yates, qui avait déjà mis en scène le célèbre sorcier. Comme à son habitude, il ne fait pas ressortir le meilleur de ce monde pourtant si magique. 

Eddie Redmayne, oscarisé pour "Une Merveilleuse Histoire du Temps", joue le rôle principal

Eddie Redmayne, oscarisé pour « Une Merveilleuse Histoire du Temps », joue le rôle principal

On le sait tous, Les Animaux Fantastiques, premier volet d’une saga de cinq films, marque le retour de l’univers Harry Potter au cinéma. Il s’intéresse à Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne), magicien qui s’occupe et étudie les créateurs merveilleuses. Arrivé aux USA, il fait la rencontre d’une jeune employée du ministère de la magie, Tina (Katherine Waterson) et ont tous deux affaire à des oscurius dont la réapparition soudaine dans notre monde ne présage rien de bon pour l’avenir…
Savoir que c’est le réalisateur David Yates aux commandes de ce film, lui à qui l’on avait confié les quatre derniers Harry Potter, a quelque chose de rassurant : la cohérence de l’univers y sera forcément. Cela dit, cela a de quoi sérieusement inquiéter également, puisque la qualité de ses retranscriptions cinématographiques de l’univers Harry Potter et de ses intrigues ne fait pas vraiment l’unanimité.
Et donc, pour Les Animaux Fantastiques, rien n’éblouit vraiment, rien n’émeut véritablement, rien ne transporte réellement. A commencer, d’abord, par ces soit disant créatures qui n’ont de fantastique que leurs noms. Trop inspirées par des animaux du réel, il leur manque un peu d’imaginaire et un grain de fantaisie pour devenir spectaculaires et inédits.
Mais le principal défaut vient de sa trop grande légèreté qui ne permet pas d’installer un climat magique de poids comme cela était le cas pour les débuts d’Harry Potter au cinéma, ni même de vibrer au rythme des péripéties qui deviennent complètement prévisibles. En conséquence, aucune tension n’émerge face à des éléments qui devraient pourtant nous faire peur, nous donner quelques frissons ou nous fasciner. Voire même, qui devraient nous questionner et constituer une base solide pour ce début de nouvelle saga.
Car pour un premier volet, tout semble finalement bien plat : les personnages sont très peu approfondis, le récit est pauvre et les raisons financières planent derrière la production de cette pseudo-oeuvre. Son aspect lisse, son humour fortement consensuel (et niais) que l’on retrouve dans tout gros Blockbuster en font le parfait témoignage.
Surfant sur la vague de la nostalgie pour se servir de l’énorme masse des fans qui le trouveront forcément génial (en tout cas, un certain nombre d’entre eux), Les Animaux Fantastiques n’offre donc qu’un simple petit divertissement sur lequel on a déposé la marque Harry Potter pour éviter de trop se fouler. Car oui, il faut bien attirer les masses en jouant sur la bonne dose de bons sentiments et de petits effets spéciaux qui pourtant, enlèvent tout charme et vraisemblance à l’univers. Alors, forcément, ce film n’a rien d’ambitieux et encore moins d’innovant. Une fois de plus, il est la preuve que David Yates a du mal à extraire le meilleur et l’essentiel de l’univers. Dommage, quand on veut exploiter au cinéma un monde aussi riche et puissant que celui du célèbre sorcier…

———-

Bande-Annonce du film « Les Animaux Fantastiques » avec David Yates. Avec Eddie Redmayne, Katherine Waterson, Dan Fogler. Sortie le 16 novembre 2016

———

Par Yohann Sed

Publicités