C’était le #FIFIB2016


Pour son cinquième anniversaire, le FIFIB se montrait ambitieux et le résultat fut à la hauteur de ses promesses : une belle programmation et la présence de noms prestigieux. 

Affiche officielle de la cinquième édition du FIFIB

Affiche officielle de la cinquième édition du FIFIB

Cela ne faisait même pas une semaine qu’il avait commencé que le Festival International du Film Indépendant de Bordeaux en était déjà, hier soir, à sa cérémonie de clôture. Le jury, présidé par Elli Medeiros, a ainsi dévoilé au public venu en masse dans la salle du CGR Le Français son palmarès. Evoquant la Tunisie quelque temps après le Printemps Arabe, c’est le film Hedi de Mohamed Ben Attia qui s’est vu remettre la plus haute distinction de ce festival, à savoir le Grand Prix du Jury Domaine Clarence Dillon. Animal Politico, film existentialiste mettant en scène une vache a reçu quant à lui une mention [voir le palmarès complet ci-dessous].

S’il avait quelque peu déçu l’année précédente, ce FIFIB numéro 5 fut une très belle édition. Riche dans sa programmation, le festival impose définitivement son style et sa marque pour devenir de façon pérenne un événement marqueur dans le calendrier annuel de la culture à Bordeaux. On sait maintenant qu’en effet, le mois d’octobre est en partie caractérisé par le FIFIB, dont la toile se répand en divers lieux emblématiques de la capitale girondine. D’abord, l’historique cour Mably qui sert de QG. Mais aussi le magnifique Rocher de Palmer, l’original Utopia, le tout-public CGR Le Français et la nouveauté : Station Ausone, par la librairie Mollat.

Les amateurs d’un cinéma sortant des sentiers battus ont pu se régaler avec la qualité des longs-métrages en compétition, comme l’intense Nelly, le cannibal Grave, le visuel Fear Itself, le poétique Lettres De La Guerre ou encore le très politique Hair. La flopée d’avant-premières avait de quoi, également, séduire les spectateurs et faire monter d’un cran ce festival qui prend en conséquence du galon. Pour exemple, l’éternel Antoine Doisnel dans les oeuvres de François Truffaut, Jean-Pierre Léaud, a fait honneur de sa venue pour présenter La Mort de Louis XIV en salles le 2 novembre prochain. Après une journée dans les salles obscures, les festivaliers ont également pu se vider la tête chaque soir au Cour Mably, où se sont enchainés DJ Sets et concerts.

Il faut maintenant espérer que les autres éditions soient dans la même lignée que cette cinquiéme année fifibienne. A en constater l’ascension de ce festival, il n’y a aucun doute à avoir là-dessus…

———-

LE PALMARES COMPLET DE LA CINQUIEME EDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM INDEPENDANT DE BORDEAUX :

  • Grand Prix du Jury Domaine Clarence Dillon : Hedi de Mohamed Ben Attia, mention pour Animal Politico de Tiao.
  • Prix Contrebandes : Heis (chroniques) de Anaïs Volpé.
  • Prix du Meilleur court-métrage : Chasse Royale de Lise Akoka et Romane Gueret.
  • Prix Erasmus+ : Hedi, de Mohamed Ben Attia.
  • Prix Aquitaine Film Workout en partenariat avec la Région Nouvelle-Aquitaine : Saint-Désir, de Paulina Pisarek et Caroline Detournay.
  • Prix du syndicat français de la critique : Fear Itself, de Charlie Lyne

———-

Par Yohann Sed

Publicités