Avec « & », Julien Doré offre soleil et mélancolie


Dans la lignée de son précédent album Love, Julien Doré revient avec l’ensoleillé et non moins efficace Esperluette (&).

Pochette de l'album

Pochette de l’album « & » de Julien Doré

Le succès fut phénoménal et la tournée triomphante. Julien Doré doit beaucoup à son album de 2013, Love, dont la critique et le public a accueilli à bras ouverts. Surfant sur la vague du succès, l’interprète de « Kiss Me Forever » avait dévoilé l’été dernier « Le Lac » (voir ci-dessous), un clip le mettant en scène aux côtés de Pamela Anderson. Mais c’est en plein automne qu’il dévoile Esperluette (ou plutôt « & » !), son quatrième opus. 

Dès les premières secondes, on comprend qu’&  n’est autre qu’un Love 2.0. Après trois albums relativement différents, ce nouvel opus composé de treize morceaux inédits ressemble très fortement au précédent. On y verrait presque la preuve que l’auteur-compositeur-interprête a définitivement trouvé SON style à lui, mais peut-être aussi ce qui fonctionne auprès du public… Love s’étant écoulé à plus de 400 000 exemplaires, il est plus que tentant d’employer la même recette !

Cohérent de bout en blanc, & nous accueille chaleureusement avec « Porto-Vecchio » et nous dit au revoir sur « De Mes Sombres Archives », conclusion solennelle et énergique. Jonglant entre morceaux ensoleillés et titres plus mélancoliques, l’album mélange la pop et le kitsch. C’est alors que Julien Doré nous emporte avec harmonie dans une ambiance intemporelle faite de ciel bleu, d’amour et de sentiments, de cocktails et de grands espaces. On se sent obligé de se laisser séduire par le sucré « Coco Caline » tout aussi dragueur que naïf, par le swing de « Beyrouth Plage », et évidemment par le tubesque « Le Lac », premier extrait de cet album. Celui qui fut révélé dans le télé-crochet Nouvelle Star  se la joue également romantique écorché en employant l’italien sur « Romy », mais devient touchant sur les synthés d’un « Sublime & Silence » évoquant le deuil. La bouche de Juliette Armanet donne de l’étincelle féminine au titre « Corail » et plus globalement à l’album tout entier. Mais seule « Caresse » arrive finalement à donner quelques coups de poings dans cette relative douceur sirupeuse qui se dégage des autres morceaux.

Toute cette musique colorée masque d’ailleurs les amertumes et les tourments du chanteur dont la voix se veut souvent fragile et teintée de larmes. Julien Doré explore ainsi les désespoirs amoureux et se livre un bon nombre de fois, notamment sur des titres comme « Eden » ou « Mon Echo ».

Malgré la plume évidente de l’artiste, on peut cependant regretter des paroles parfois un tantinet répétitives et des thèmes peu divers, révélant ainsi des textes que l’on aurait souhaité un peu plus profonds. Malgré tout, cela n’empêche pas à cette oeuvre musicale d’offrir un univers à la fois charmant et subtile auquel il est bien difficile de ne pas succomber…

———-

« Le Lac », premier extrait du nouvel album de Julien Doré, « & », sorti le 14 octobre 2016

———-

Par Yohann Sed

Publicités