OCEAN CLIMAX 2016 – Jour 2, la montée en puissance


En démarrant par l’appel de Nicolas Hulot et en finissant par un enchainement de concerts tous plus vibrants les uns que les autres, la deuxième journée de l’Ocean Climax 2.0 fut riche en sensations fortes. 

OCEAN CLIMAX

OCEAN CLIMAX


L’Ocean Climax a toujours de quoi nous surprendre. Si le démarrage fut tranquille et posé mais quand même bien cool [Jour 1], la suite de l’aventure fait monter d’un cran la qualité mais aussi la température du festival. 
Beaucoup retiendrons la soirée musicale de ce deuxième jour, mais le moment fort reste sans doute la matinée de la prise de conscience. Figure emblématique de l’écologie, Nicolas Hulot est venu rappeler l’importance, voire même l’urgence, d’une lutte pour la protection de la nature qui engage d’ailleurs notre protection à nous. Après lui, plusieurs autres intervenants se sont succédés jusqu’aux alentours de 17h pour parler fossiles, océans, énergies renouvelables et perpectives d’avenir. Si tout le monde n’a malheureusement pas pu écouter leurs discours, tout est fait sur le site de Darwin pour rendre compte d’une part, de l’engagement du festival, mais d’autre part, de cette volonté de sensibiliser les foules à propos de la cause environnementale. Les immenses panneaux affichant des punchlines comme « Mouillez-vous pour les océans » en sont de parfaits exemples.

Mais pendant que les planches de skate squattaient les vieux entrepôts au grand plaisir de certains visiteurs admiratifs devant quelques prodiges du ride, le public commençait à découvrir le vaste endroit où allaient se dérouler les concerts du soir, fermé le premier jour. Après un petit parcours dans les bois, on pouvait enfin voir les deux scènes plantées au beau milieu de la cour de l’ancienne caserne taguée. La mise en bouche de Délicieuse, Bengale puis Ariel Ariel présageait une Karen Ann en pleine forme. Le groupe parisien Papooz a enchainé avec ses musiques sympathiques et ensoleillées, tandis que beaucoup de festivaliers attendaient mieux de la part de Lilly Wood And The Prick. Le duo français Her, quant à lui, a séduit par la classe de leurs costards et de leur musique rock entrainante. Mais le clou de la soirée reste sans nul doute le concert de Selah Sue, mélangeant sobriété, sourires, morceaux efficaces et quelques mots en français. Il semblait bien difficile pour n’importe quel artiste de faire son show après celui de la jeune belge, mais pourtant, L’Impératrice n’a pas à rougir de sa performance. Le son très funcky, typique années 70 de sa musique a convaincu les festivaliers qui ne pouvaient s’empêcher de danser. Le groupe Odezenne, quant à lui, n’a pas eu le même impact. Mais impossible de ne pas avouer que leur ton coup-de-poing et leur musique prenante a ce quelque chose qui attire…
Mais si la programmation de ce vendredi fut riche, celle du samedi l’est encore plus… L’apothéose est-il à venir ? Assurément.

Programmation du samedi :

Ocean Climax

Quelques photos de l’événement…

OCEAN CLIMAX

OCEAN CLIMAX

OCEAN CLIMAX

Juste à côté de la scène Grand Major

Juste à côté de la scène Etat Major

Ocean Climax

Publicités