43e Festival de la BD d’Angoulême, une édition pas comme les autres


Cette année, nous avons eu la chance de couvrir la 43e édition du FIBD, ou Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême. Pour Super Bobine et Tintamarre, rendez-vous à la cité de la bulle, où le célèbre Marsupilami nous accueille dès l’arrivée en gare.

Ce 43e volet de la BD, comme l’appelle les aficionados, a été bien particulier, puisqu’il a commencé et fini, malheureusement, sur des polémiques. Tout d’abord, l’absence d’auteures et de dessinatrices dans la première sélection officielle a poussé certains, comme Riad Sattouf, à se retirer de la compétition. Puis le festival a connu les affres de la vanne douteuse du maitre de la cérémonie de clôture qui a improvisé une fausse remise de Fauves (les prix du FIBD) qui n’a pas été comprise du tout, et qui a provoqué colère et malaise chez de nombreux auteurs et éditeurs. Heureusement, les polémiques ne durent jamais très longtemps. Le MC s’est excusé, et la sélection avait été revue pour accueillir des femmes en son sein.

C’est donc dans la joie et la bonne humeur que nous avons pu rencontrer en réunion publique Riad Sattouf, auteur du célèbre L’Arabe du Futur et réalisateur de l’excellent Les Beaux-Gosses et du moins mémorable Jacky au Royaume des Filles. Lui même avouera avec humour que rare sont ceux qui ont été convaincus par ce film. Il a pu, durant 1h30 de rencontre, répondre à toutes les questions sur sa carrière, sa vie, ses projets (même s’il est resté plutôt mystérieux sur ce point). Le festival est très dense, beaucoup d’événement ont lieu par jour, parfois 5 ou 6 en même temps. Ajouté au fait que certains sont un peu excentrés, cela nécessite une organisation rigoureuse pour faire un maximum de choses. Expositions, ateliers, performances artistiques, conférences ou encore rencontres, tout y est, même les auteurs. De grands noms ont arpenté les allées du festival, de Don Rosa à Joann Sfar en passant par Zeina Abirached, les références de la bd, d’hier à demain, étaient là pour rencontrer le public et partager autour d’une même passion.

Si tout va bien, la prochaine édition sera libérée des contrôles de sécurité tous les 3m engendrés par l’état d’urgence. Alors que vous soyez connaisseur ou amateur, ou simplement curieux, n’hésitez pas à vous rendre dès l’année prochaine au FIBD, un événement atypique et d’envergure internationale.Illustration FIBD 1Illustration FIBD 2

Par Jérémy Mercier. Dessins de Sophie Pandellé

Publicités