Mathématiques, discours politique et nouvel album… Bengale se dévoile


Lors du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB), une prestation a retenu notre attention. Non pas celle d’un acteur, mais celle d’un groupe de musique bordelais, Bengale. Samedi soir de 22 à 23 heures dans le cadre des nuits du FIFIB à la cour Mably, les cinq membres du groupe ont électrisé le festival le temps d’une prestation de haute volée. Un bonheur n’arrivant jamais seul, nous les avons rencontrés quelques minutes avant leur entrée sur scène. Le temps pour nous de décrypter cet animal sauvage en voie d’extinction sur la nouvelle scène française en compagnie de Mikaël (chant) et Romain (guitare), le duo de production à l’origine du groupe. 

bengale iterviewMickaël à gauche et Romain à droite, les deux cerveaux de Bengale. (crédit photo: Max Dubois)

Super Bobine: Pour ceux qui ne connaissent pas bien les félins, pouvez-vous présenter Bengale ?

Mikaël : Bengale est un duo de producteurs aux enregistrements et à la composition, Romain et moi. On s’occupe des guitares, des machines, des basses et des claviers. Ensuite,  sur scène, nous sommes accompagnés de nos amis Elisa, Benjamin et Vincent.

Comment définiriez-vous votre style musical ?

Romain : C’est très compliqué de répondre à cette question… En fait, quand on fait de la musique, on ne se pose pas du tout la question du style, on s’en fout complètement. On enregistre des bouts de guitares, après on met des bouts de batteries électroniques, après on met des synthétiseurs, et on voit si ça nous plait ou non. On ne se dit pas « Tiens, on va faire du funk, on va faire du hip-hop, on va faire ça »…  C’est un mélange de pleins de trucs, on écoute une tonne de musique différentes. Et donc, c’est un mélange de tout ça. Pour donner un genre précis, je dirais que c’est de la pop avec des diagonales électroniques, des diagonales un peu hip-hop, des diagonales discoïdes et aussi des diagonales chansons françaises !

Très mathématique…

Romain : Il y a beaucoup de diagonales !

En tant que bordelais, comment vivez-vous le fait de jouer à la maison ?

Mikaël : C’est super, ce sont en général les concerts qui nous mettent un petit peu plus d’appréhension, d’adrénaline, parce que que ce n’est jamais évident de jouer dans sa propre ville. C’est un truc qu’on prend vraiment à cœur forcément et on le vit bien mais avec un petit peu de trac car ça fait plus d’un an qu’on n’avait pas joué sur Bordeaux pour plein de raisons ; Donc voilà, c’est un beau retour. On est content.

Puisque nous sommes dans le cadre du FIFIB, êtes-vous des fans de cinéma ? Si oui, quel genre en particulier ? Les blockbusters par exemple ?

Mikaël : Oui je ne n’ai rien contre le blockbuster, il y en a que j’aime beaucoup comme les Batman par exemple. Batman j’aime beaucoup, les Spider-Man j’adore depuis toujours… bien sûr les Stars Wars aussi. Ce sont des énormes blockbusters.

Et au niveau du FIFB alors ? Avez-vous une envie particulière pour un film ?

Mikaël : Moi , une envie particulière de voir le court-métrage de mon ami Selim Bentounes (Eaux vives) qui sera diffusé demain [dimanche 11 octobre 2015] dans le cadre de l’opération talent en courts organisé par le CNC… Hâte de voir. Et aussi Bang Gang puisque Marilyn Lima, l’une des actrices principales, sera aussi présente dans l’un de nos prochains clips.

Romain : un film programmé ou que j’aimerais programmer ?

Plutôt programmé.
Romain: Je n’ai pas trop regardé la programmation… mais je dirais le film Démon ! (de Marcin Wrona ).

D’accord ! Avez-vous une attache particulière à ce festival ?

Mickaël: On est sensibles à ce genre d’événements, car c’est un événement qui se dit indépendant et nous on est plutôt aussi dans un courant de musique indépendante. Forcément, il y a une transversalité entre les deux. C’est aussi une belle opportunité car c’est le collectif Vie Sauvage qui avait la Carte Blanche ce soir, qui nous font jouer. En plus, certains de nos  morceaux sont inspirés de films. Donc, c’est super de jouer ce soir auprès d’un public pouvant être encore plus sensible à nos chansons.
Romain : c’est très bien.
Mikaël : non c’est très bien, je suis prêt pour les débats politiques. (rires)

Il y a moins de deux semaines un nouveaux morceau, Lips, est sorti. Fait-il partie d’un nouvel EP ou est-il le précurseur d’un album en cours de gestion et qui va bientôt arriver ?

Romain : le morceau fait partie d’un EP quatre titres qu’on a sorti avec des amis québécois  qui ont un groupe qui s’appelle X-Ray Zebras. On l’a enregistré en Mai dernier au Canada mais c’est un split EP. On a un album – mais qui est différent – qui va sortir début 2016, même si la date n’est pas encore fixée. Ici, c’était juste un petit EP qu’on a sorti comme ça !

François and the Atlas Mountain, Pendentif, Petit Fantôme, Bengale, etc. : Bordeaux c’est elle reconvertie en laboratoire créatif ?

Romain: Il y a un très bon dynamisme musical à Bordeaux, j’ai l’impression. Il y a beaucoup de groupes mais ça a toujours été une ville très dynamique pour la musique.

Mikaël : Oui, et puis il ne faut pas oublier ceux qui aujourd’hui font l’actualité, J.C. Satan, Odezenne,  qui eux, font vraiment parler d’eux à l’extérieur. François and the Altas Mountain aussi, d’ailleurs ! Il y a au-delà de ça, des artistes électro, des artistes rock, des artistes hip-hop qui sont hybrides, très intéressants. On a quand même une belle scène alternative à Bordeaux. On a aussi Be Quiet qui est extraordinaire, qui vient de sortir un sept titres géniallissime… il y a beaucoup choses !

Pour finir,avez-vous  des projets pour l’avenir ?

Romain : Oui. On va sortir plein de clips. On en a pas mal  qui sont finis, c’est un peu lié au FIFIB d’ailleurs.  Il y en a aussi beaucoup en préparation, de super projets de clips. Et on va sortir notre album comme on le disait au début de l’année 2016. Mais on va balancer pas mal d’images, ça va être cool.

Des dates de tournée prévues ?

Romain : pas encore. Pour l’instant, on se concentre sur l’album mais après on va tourner, oui.

—————

Un immense merci à Mickaël et Romain de nous avoir accordé du temps avant d’entrer sur scène. Et encore bravo pour ce concert remarquable.

La page facebook officielle du groupe ICI 

La page twitter officielle du groupe ICI

—————

Interview et article: Guillaume Fournier

Publicités