A l’affiche de « BOOMERANG », Laurent Lafitte : le touche-à-tout du cinéma français ?


Mardi 25 août, Laurent Lafitte était à Bordeaux en compagnie du réalisateur François Favrat et de la comédienne Audrey Dana, pour présenter le film Boomerang, en salles le 23 septembre prochain. L’occasion pour Super Bobine de lui poser quelques questions sur sa carrière.

Si vous deviez donner une seule bonne raison d’aller voir le film Boomerang, quelle serait-elle ?

Si les gens n’ont pas envie je ne vais pas les forcer (rire). En tout cas, moi ce qui me plait dans le film c’est qu’il y a une espèce d’efficacité un peu comme dans un polar, et qu’il y a toute la profondeur, tout le drame et la densité qu’il peut y avoir dans une histoire de famille, puisque c’est une histoire sur les secrets de famille. Mon personnage, Antoine, a perdu sa maman quand il avait 10 ans, et il va se rendre compte au fur et à mesure de son parcours qu’on lui a caché beaucoup d’éléments, et carrément la vérité sur cette disparition.

On vous connait à la fois dans des comédies, des drames et des thriller. Est-ce que l’on peut dire que Laurent Lafitte est un touche-à-tout ?

Je ne sais pas. Touche-à-tout pas vraiment, car j’aurais l’impression de l’être si j’étais peintre, chirurgien et pilote de ligne. Mais là j’ai l’impression de ne faire que mon métier à chaque fois. J’ai la chance de recevoir des propositions qui sont très différentes et qui me permettent d’alterner les genres.

Pensez-vous qu’il y a des acteurs qui ne peuvent faire que de la comédie ou que du drame ?

Je ne pense pas. Je pense qu’il y a des acteurs à qui on ne propose que de la comédie ou que du drame, et je pense qu’il y’a pas mal d’acteurs qui pourraient faire des choses un peu plus variées si on leur en offrait la possibilité.

En plus du théâtre et du cinéma, vous avez eu une expérience radiophonique avec l’émission parodique « A votre écoute coûte que coûte » sur France Inter. Qu’est ce qui vous a plu dans cette aventure ?

Ce qui m’a plu c’était de pouvoir m’exprimer en tant qu’auteur, puisque j’ai écris les textes avec Zabou Breitman. J’ai l’impression que ce n’est pas le rôle d’un comédien de donner son avis sur la société dans laquelle il vit, mais il le fait par le choix de ses scénarios, par les choix des textes, ou par l’écriture. Et là, en l’occurrence, c’était une manière de m’exprimer sur certains sujets.

Vous avez aussi écrit et joué un One Man Show (Laurent Lafitte, Comme son nom l’indique). Est-ce que vous seriez tenté d’en refaire un nouveau ?

Je ne sais pas. Là, a priori je n’ai pas très envie, mais on ne sait jamais. Parfois j’ai une idée de personnage, je l’écris, je la note dans un coin, mais ce n’est pas un projet.

Comment avez-vous réagit lorsque l’on vous a proposé de rentrer à la Comédie Française ?

J’étais très content parce que c’est un endroit que j’adore et que j’espérais intégrer un jour, donc j’étais très heureux. Je n’ai pas hésité une seconde.

_______________

Quelques petites questions très brèves :

________________

Quelle est la dernière chanson que vous avez écouté ?

The man I love, par Ella Fitzgerald.

Si vous étiez un personnage historique, vous seriez ?

Landru.

Si vous étiez un personnage de film ?

Je pense qu’Indiana Jones c’est pas mal.

Si vous étiez un animal ?

Sid, dans l’âge de glace.

Et enfin, quelle est la question dont vous aimeriez avoir la réponse ?

Pourquoi ?

Merci à Laurent Lafitte.

_______________

Bande-annonce du film « Boomerang », de François Favrat. Avec Laurent Lafitte, Mélanie Laurent et Audrey Dana. Sortie en salles le 23 septembre.

_______________

Par Clément Corbiat et Yohann Sed

Publicités