REGGAE SUN SKA 2015 – Les rencontres insolites de Sophie


Baptême de festival de reggae pour moi, je m’immisce en terre verte, jaune et rouge : Reggae Sun Ska, tu m’as enfumé de son, et de bonne humeur. J’avoue, je ne suis pas une grande fana de reggae, mais, ouverte à tout univers, c’est avec grand plaisir que j’accepte de partir à la découverte de ce milieu dit « Peace&Love ». Mes impressions ? Du POSITIF, je peux vous dire que c’est un milieu serein, généreux, plein de joie et d’amour, qui m’a fait me sentir bien et en sécurité. Tous les gens sont super agréables, et ça fait plaisir à voir. Après ces sages paroles, retour sur les choses les plus insolites rencontrées dans cette 18eme édition du festival de Reggae le plus prisé de France.

Pour commencer, rares doivent être les festivals qui passent des chants d’oiseaux entre deux concerts. Cela montre les valeurs de nature et de bien-être véhiculés au Reggae Sun Ska, et auquel on adhère. Lors d’un moment d’errance je fus abasourdie de voir une couverture étalée au sol, 4 LED aux extrémités, 3 enfants couchés dans le même sens avec des gros casques sur les oreilles…. Ils avaient l’air de dormir à poing fermé, la mère assise en tailleur à côté, profitait du son. Improbable. Bonnes berceuses pour ces bébés teufeurs.

Dans la catégorie des choses encombrantes, il y a eu des bâches, des gros drapeaux ou des costumes de renard, mais la palme de l’objet le plus encombrant revient à ce mec et sa pastèque. Oui Super Bobine a été surpris de voir ce gros fruit transporté par un festivalier, qu’il avait creusé afin de boire à la paille à l’intérieur.

Sans titre

Sinon, pour braver la pluie, un gang de filles a été aperçu avec des cuissardes « maison », faites de sacs poubelle accrochés par du gros scotch (existe aussi en version plus courte, style bottes en caoutchouc).

Quand quelqu’un a a allumé un bâton d’encens au milieu de la foule, Super Bobine n’a plus été étonné, et une jeune reggaegirl en herbe a même lâché un « ils sont marrants ces hippies », qui prouve que toutes les choses les plus improbables peuvent arriver au Reggae Sun Ska.

Amis du Reggae Sun Ska, merci pour ces beaux moments. Je finirais par un petit poème qui résume (plus ou moins) ce grand moment de l’été bordelais.

Ode a la travailleuse :

Oh Mauranne ! Malheureusement nous n’avons pas eu la chance de croiser tes collègues pour leur dire où tu t’en étais allé,
Toi et ton sac rose, tu as fait notre nuit du samedi,
Toi, qui les cherchais pour taffer,
Toi, qui, en plein travail, as répandu tes bonnes paroles sur le son de Biga*Ranx,
Toi qui te préoccupes de la nature et qui faisais de la prévention contre les mégots enfumés,
Toi qui avais perdu les tiens.
Belle Mauranne, tu as bien fait de partir par là, côté scène Dub Foundation pour finir de bosser.

Par Sophie Lalagüe

Publicités