« LES MINIONS » : CRAQUANT MAIS PAS TROP


Les minions sont enfin de retour dans un film qui leur est spécialement réservé. Un moment drôle et divertissant, mais sans surprise.

w_minions

Vous les avez adorés dans Moi, Moche et Méchant, mais vous ne connaissez rien d’eux si ce n’est leur incroyable faculté à vous faire rire. Pas de panique, avec Les Minions, vous allez enfin comprendre d’où ces petits bonhommes en salopettes bleues viennent et quel est leur but. Dans ce long-métrage d’animation, outre les origines, vous allez partir à l’aventure d’une formidable quête en compagnie de Bob, Kévin et Stuart, celle de trouver LE méchant qui redonnera goût à la vie à toute la tribu des minions. C’est dans la capitale du Royaume-Uni que les péripéties s’enchainent.

Le spin-off de Moi, Moche et Méchant, c’est avant tout une joie de retrouver pendant plus d’une heure trente ces larbins ridicules mais drôlement attachants. Pas le temps de regarder sa montre ici, les gags s’enchainent, les courses poursuites aussi, tout comme les situations absolument extravagantes ou délirantes. Les nouveaux personnages offrent également quelques moments bien grotesques, à commencer par la reine d’Angleterre Elisabeth II elle-même, pas si rigide et guindée qu’on la connait habituellement. Les chansons à la sauce minion, sont une fois de plus, au rendez-vous.

Aussi, les créateurs de ce film d’animation ont eu la bonne idée de nous faire partager l’aventure de seulement trois minions, permettant alors au spectateur de s’attacher bien plus facilement à ces gentils bonhommes, ce qui n’aurait pas forcément été le cas avec toute une flopée de minions indissociables et inidentifiables comme on a l’habitude dans Moi, Moche et Méchant.

« Les Minions », c’est donc un sans-faute… ou presque. Avec ce film d’animation mettant en avant le phénomène « minion » du moment, le spectateur attendait de la surprise, de la nouveauté alors qu’il ne récolte que du réchauffé. Le concept des minions est hélas vite épuisé : toujours les mêmes grimaces, encore les mêmes situations, et l’humour bêta qui n’évolue pas.  Qui a-t-il de nouveau par rapport à Moi, Moche et Méchant si ce n’est l’omniprésence (logique) des minions ? Pas grand-chose.

L’on se rend ainsi compte que, finalement, les minions restent de très bons seconds rôles mais peinent à tenir à eux seuls tout un film entier. Les personnages secondaires n’aidant pas puisque, dans leur bouffonnerie, se noient dans la superficialité et n’ont d’autre fonction que de faire leur gag et de s’en aller illico-presto. En bref, une véritable prise de risque scénaristique aurait été nécessaire pour faire de ce petit dessin animé sympathique qui se laisse regarder un film fantastique et indispensable.

__________

« LES MINIONS » – BANDE ANNONCE

__________

Par Yohann Sed

Publicités