Au tour du Tour


Comme d’une tradition tous les premiers weekend de juillet, la Grande Boucle fait son retour pour le plus grand plaisir des spectateurs. Il faut dire que le Tour de France est une véritable vitrine pour la France c’est l’événement le plus diffusé dans le monde derrière la Coupe du Monde de Football et les Jeux Olympiques. Cette année, le Tour devrait être retransmis dans plus de 190 pays à travers le monde. L’édition 2015 sera la 102ème et proposera un départ des Pays-Bas en amuse-bouche. Viendront ensuite les pavés, parfois saignants, deux massifs montagneux et un contre-la-montre par équipe. Le futur vainqueur du Tour devra avoir l’estomac solide car cette cuvée 2015 a du corps. La preuve ici et maintenant.

Parcours Tour de France 2015

1. Utrecht-Utrecht 13,8 km c.l.m individuel

Robert Gesink, éternel espoir du cyclisme à 29 ans. Pour le coup il a tout prévu chez lui : vélo, cuissard, chaussettes, même le haut moulant. Devant son public le Néerlandais avoine trop sec et nous glorifie d’une chute à la Christophe Mengin dans le dernier virage du parcours : un gravier est venu se glisser dans ses boyaux il déjante et emporte son pédalier sur le bas-côté. À l’arrivée c’est son compatriote Tom Dumoulin qui boucle les 18 bornes à l’allure qu’une Clio ne pourrait pas soutenir. Le voilà en jaune !

2. Utrecht > Zélande 166 km

Non le peloton du Tour ne prend pas la direction de l’hémisphère sud. Cependant certains ont la tête à l’envers comme les Bretagne-Séché qui montrent le maillot dès la première étape. Florian Vachon, en souvenir d’un ancien amour Erasmus à Rotterdam met le feu aux poudres. En vain, les baroudeurs sont rejoints par un train express emmené par Lotto-Soudal, Katusha et Etixx Quick-Step. Sur la ligne d’arrivée, André Greipel est le plus fort et met tout le monde d’accord. Le jaune reste sur les épaules de Tom Dumoulin.

3. Anvers > Huy 159,5 km

Il n’y a qu’une seule Flèche Wallonne, force est de constater que cette traversée de la Belgique flaire bon la classique Ardennaise. Inaugurée cette saison la côte de Cherave sert de rampe de lancement à Tim Wellens vers le Mur de Huy. Mais le coureur de la Lotto-Soudal coince dans les gros pourcentages et se fait rattraper par le rusé Alejandro Valverde.

4. Seraing > Cambrai 221,5 km

Sous les pavés, Nairo Quintana reste à l’avant du peloton et demande à Adriano Malori de travailler. Pas piégé, le Colombien évite une chute qui survient dans le quatrième secteur pavé impliquant une cinquantaine de coureurs dont Robert Gesink (bis), Tejay Van Garderen et Pierre-Luc Perrichon. Sur un parcours sec, John Degenkolb dépose Terpstra et Ztybar. Sur la ligne à Cambrai Annie Cordy chante « Bonbons, caramels, esquimaux, chocolats ».

5. Arras > Amiens 189,5 km

Dans la ville où Thierry Adam a débuté sa carrière de journaliste, Florian Sénéchal lance les hostilités, il est suivi par Pierrick Fédrigo et Benoît Vaugrenard. Cocorico braille le commentateur qui verrait bien un Français gagner sur ses terres d’adoption. Mais l’entreprise est vouée à l’échec il le sait très bien. Dans un dernier baroud d’honneur Vaugrenard dépose ses compagnons d’échappée, « pense à ta femme et à tes filles, c’est maintenant » l’encourage Marc Madiot. Manque de pot pour lui il pleut et il glisse dans le dernier virage. André Greipel règle une nouvelle fois le peloton.

6. Abbeville > Le Havre 191,5 km

Conseillé par Christophe Moreau sur Twitter, Anthony Delaplace a décidé de « faire le grimpeur » au sommet de la côte du Tilleul. Les falaises de la côte peuvent donner des envies à certains d’abréger les souffrances, mais c’est mal connaître le peloton. Delaplace repris, c’est au tour de Martin Elmiger de tenter sa chance, mais le Suisse butte sur un vent qui lui est fatal. Il est repris par Alexandre Kristoff sous la flamme rouge.

7. Livarot > Fougères 190,5 km

Drame au Village Départ, alors que Laurent Luyat vante le Livarot à un Jean-Pierre Castaldi en appétit, le cœur de Jean-René Godart cesse de battre alors qu’il promettait à Jeanne Mas une ballade en Skoda de fonction. Réanimé à temps, JR doit quitter les routes du Tour, le cœur brisé. Au sprint à Fougères, Cavendish l’emporte « 1,2,3 nous irons aux bois » lui lance Gérard Holtz. 

8. Rennes > Mûr-de-Bretagne 181,5 km

Décidément on n’arrête plus les Bretagne-Séché qui évoluent à domicile. Au départ de Rennes Arnaud Gérard attaque dès le kilomètre zéro, suivi par Julien Simon. Les deux hommes passent une bonne partie de la journée en tête mais une nouvelle fois l’échappée n’est pas la bonne. Chou blanc. À Mûr-de-Bretagne, les pourcentages réussissent à Warren Barguil le Breton. « Cocorico, première victoire Française » s’exclame Thierry Adam au bord de la tachycardie.

9. Vannes > Plumelec 28 km c.l.m par équipes

La Movistar fait le job. Emmenée par Adriano Malori, Jonathan Castroviejo, Alex Dowestt, Imanol Eriviti, les cautions muscle de l’équipe Espagnole, font le travail pour Nairo Quintana lors de ce contre-la-montre par équipes. Le leader Colombien prend le dernier relias et fait le sprint dans la côte de Cadoudal. Il se rapproche au général mais ne prend pas le maillot jaune : c’est Simon Gerrans l’Australien qui est le nouveau leader.

10. Tarbes > La Pierre Saint Martin 167 km

En cette journée de fête Nationale, Thierry Adam espère toujours une victoire Française en ce jour si particulier. C’est raté pour cette année. Dans une étape qui se résume à une course de côte les gros bras s’expliquent dans la montée de La Pierre-Saint-Martin. Profitant du marquage des leaders, Ryder Hesjedal remporte la victoire.

11. Pau > Cauterets 188 km

Cette étape Thomas Voeckler l’a « post-itée » sur son frigo. Manque de pot, il est suivi par Julian Arredondo et Daniel Teklhaimanot. Le coureur Erythréen fais les points pour le grand prix de la montagne, Voeckler n’a qu’une seule idée en tête : l’étape. Alors qu’il emmène le 53 dans la montée du Tourmalet, sa chaîne se brise au moment de se mettre en danseuse. Sur son compte Instagram Alberto Contador a posté son repérage de la montée de Cauterets. El Pistolero dégaine et se pare de la tunique jaune, pour le plus grand bonheur d’Oleg Tinkov qui se fait teindre les cheveux à l’occasion.

12. Lannemezan > Plateau de Bielle 195 km

Dans la série noms imprononçables cette 12ème étape nous gâte et on se réjouit d’entendre Thierry Adam prononcer le nom des échappés : Teklhaimanot (bis), Kruijswijk, Kozontchuk et Sepra. Après avoir assuré les points dans les trois premiers cols, Teklhaimanot lâche prise dans les premières pentes du Plateau de Bielle. Le peloton n’est qu’à une minute derrière trop peu pour l’échappée. Profitant du marquage des leaders, Rafal Majka nous régale à Bielle, sous l’œil de Jean-Yves Le Drian et confirme qu’il aime les Pyrénées.

13. Muret > Rodez 198,5 km

Ramunas Navardauskas aime le Sud de la France et le prouve une nouvelle fois cette année. Après avoir remporté la 19ème étape en 2014, le Lituanien place son attaque à 10 bornes de l’arrivée et fausse compagnie à ses camarades du jour. Trop tendre dans ses prises de relais, Cyril Gautier, son compagnon d’échappée, ne parvient pas à prendre sa roue et ramasse les miettes.

14. Rodez > Mende 178,5 km

En 1995, Thibaut Pinot n’avait que 5 ans lorsque Laurent Jalabert s’imposa à Mende. Depuis, il ressasse en boucle ces images et se dit « cette année c’est pour moi ! ». Pourtant avec quatre ascensions dont trois dans les 40 derniers kilomètres les baroudeurs sont à l’honneur. C’est sans compter sur La Pine et déçu de ses étapes Pyrénéennes qu’il relance son Tour sur cette étape. Une fois entrée dans Mende, Pinot déboule à la vitesse d’un TGV et fait la montée de la Croix Neuve à bloc. Marc Madiot en fracasse la portière de joie. Son protégé est 3ème au général.

15. Mende > Valence 183 km

Dans une journée marquée par la chaleur en Ardèche un quatuor se dessine et prend plus vingt minutes d’avance sur le peloton qui laisse filer. Les hommes du jour se nomment Martin Elminger, Steve Cummings, Simon Gerrans et Sébastien Chavanel. Facile, Gerrans l’emporte au sprint avec cinq minutes d’avance sur le peloton.

16. Bourg-de-Péage > Gap 201 km

Mais que diable se passe-t-il chez Bretagne-Séché ? On les avait perdu de vue depuis l’étape de Mûr-de-Bretagne les revoilà à l’attaque. Gap est une ville qui réussit plutôt bien à Pierrick Fedrigo. Voilà le Marmandais devant mais dans sa roue se cache un roublard en la personne de Rui Costa, autre amoureux de Gap. Les deux hommes sont accompagnés par Dan Martin et Jérémy Roy. Dans les derniers hectomètres du col de Manse Fedrigo en profite pour déposer ses adversaires du jour et file vers la victoire.

17. Digne-les-Bains > Pra Loup 161 km

Il y a 40 ans, Bernard Thévenet dépossédait Eddy Merckx de son maillot jaune, de quoi donner des idées à Thibaut Pinot. Et cette étape voit des attaques de toute part. Dès le premier kilomètre pour former l’échappée qui n’à aucune chance d’aller au bout, dans le col d’Allos où Quintana dépose Contador et Froome. Deux s’accrochent : Pinot et Nibali. Dans la descente l’Italien attaque provoquant la colère de son directeur sportif «  Vino attaquait partout à l’époque de Vino. Descente pour les mauviettes, Vino pas mauviette » lance le Kazakh au micro de France Télé. Mais Nibali se trouve seul et voit revenir en flèche Quintana. Le Colombien remporte l’étape et endosse le maillot Jaune.

18. Gap > Saint-Jean-de-Maurienne 186,5 km

Thomas Voeckler toujours dans les bons coups sur ce Tour 2015. Il mène une échappée avec la Colombie puisque Winner Anacona et Rigoberto Uran composent le groupe de tête. Des tweets fusent durant cette étape « Anacona, Winner de cette étape ». Mais dommage pour les twittos puisque dans les Lactes de Montvernier c’est Samuel Sanchez qui est le plus fort.

19. Saint-Jean-de-Maurienne > La Toussuire 138 km

Journée Présidentielle. François Hollande est dans la Skoda de Christian Prudhomme et suit l’étape en compagnie du directeur du Tour. A l’avant se trouve un certain Valls, mais rien à faire il ne comprends pas les ordres du Président. Des trombes d’eau s’abattent et si François Hollande a oublié sa parka cela n’effraie ni Quintana ni Pinot qui déboîtent Pierre Roland dans la montée de La Toussuire qui percute le type déguisé en Borat. Fair-play, le Colombien laisse Pinot remporter l’étape et devient son dauphin au général.

20. Modane > Alpe d’Huez 110,5 km

Dans les pentes de la Croix de Fer, Christophe Riblon a retrouvé les jambes de ses 20 ans, une aubaine pour celui qui a gagné à l’Alpe en 2012. Le coureur d’AG2R à désormais carte-blanche et c’est un choix payant. À l’arrière Vincenzo Nibali tente le tout pour le tout suivi par Quintana et Pinot. Serein le Colombien leur lance « allez-y les gars, moi je peux pas, demain j’ai champagne ».

21. Sèvres > Paris 109,5 km

À Paris, sur les Champs Élysées, Thibaut Pinot a des yeux de gamins et la tête qui tourne « doucement sur le champagne gamin » lui lance Marc Madiot. Sous les ordres de Vinokourov, Lars Boom attaque à la sortie du tunnel du Louvre et se fait la belle sous les pavés des Champs. « Vino gagné à Paris lui, Vino panache ». Finalement c’est John Degenkolb qui ramasse le butin. Shakira invitée exceptionnelle du podium interprète « Je l’aime à mourrir ».

 Les vainqueurs potentiels

Classement général : Nairo Quintana, Thibaut Pinot, Vincenzo Nibali, Christopher Froome, Alberto Contador

Classement par points : Peter Sagan, Michael Matthews, John Degenkolb, Alexander Kristoff, André Greipel

Classement de la montagne : Nairo Quintana, Thibaut Pinot, Rafal Majka, Thomas Voeckler, Daniel Teklehaimanot

Classement du meilleur jeune : Nairo Quintana, Thibaut Pinot, Romain Bardet, Wilko Kelderman, Michal Kwiatkowski

Publicités