GLOBE STUDENT – La première année du reste de ma vie – 1 an en Californie


Pendant quelques semaines, Super Bobine vous fait  voyager aux quatre coins du monde, avec des témoignages d’étudiants qui ont osé franchir le pas. Qui ont osé partir à la découverte de ces merveilleuses contrées. Aujourd’hui, nous partons en Californie.

CIMG5030

Downtown, Los Angeles


8042i1Il y a un an jour pour jour je quittais ma ville de Santa Barbara en voiture de location pour aller passer la fin des vacances chez des amis à Santa Cruz. Je ne dis pas ça pour vous narguer mais c’est en fait le genre de réflexion que je me fais très régulièrement cette année.

Il y a deux ans de cela j’arrivais naïvement à la fac pleine de d’espoirs et de certitudes. Si j’ai été frappée par le piteux état des locaux de ce qui était alors l’Université Bordeaux 3, je suis aujourd’hui ravie de m’être un jour attardée sur l’un de ces murs décrépis ! En effet, deux semaines après la rentrée je suis tombée sur une affiche : « Vous voulez aller étudier en Californie ? C’est possible ». Je vous fais une avance rapide de la chose mais un an après j’avais postulé, passé des semaines à mettre en place un dossier, passé des entretiens et des examens d’anglais pour finalement être retenue parmi les chanceux sélectionnés pour aller passer un an à l’université de Californie Santa Barbara (UCSB).

Le 2 septembre, veille du départ, toute l’appréhension est passée dans la confection de la valise et ce défi de partir pour un an avec seulement 23 kilos ! Pour moi qui n’avais jamais déménagé il a fallu déterminer ce qui était vraiment important ou pas, ce dont j’aurai vraiment besoin ou pas, bref ce fut la première épreuve pratique. Si on m’avait dit à ce moment là qu’à force de voyages cette année allait faire de moi une grand prêtresse de la valise ultra légère confectionnée en deux minutes, je ne l’aurais pas cru ! Finalement après un dernier repas en famille fait de vin et de fromage et beaucoup de larmes à l’aéroport, je m’envolais pour ce qui est jusqu’alors ma plus belle aventure.

Tout a commencé à l’aéroport où je retrouvais de parfaits inconnus : une partie des étudiants bordelais sélectionnés avec moi et avec qui nous avions organisé via Facebook, un séjour d’une semaine à New York avant de rejoindre nos universités californiennes respectives. C’était la première fois que j’allais aux Etats-Unis et c’était pour un an, mais j’avais étrangement confiance.

L’histoire m’a donné raison, la semaine à New York a été parfaite et a permis une transition parfaite pour me permettre de m’acclimater tranquillement à mon pays d’accueil tout en étant entourée de visages amis. Il est vrai que je venais alors de les rencontrer mais quand vous partez à l’étranger tous les liens que vous tissez prennent de l’importance beaucoup plus vite ! Tout semble plus intense.

CIMG6227

Golden Gate Bridge, San Francisco

Nous nous sommes ensuite séparés pour rejoindre chacun nos nouveaux campus et nos nouvelles vies ! Savoir que ces personnes vivaient la même aventure a été un élément majeur de mon année ! Nous sommes restés en contact avec des liens très forts tout au long de notre année ! Nous nous retrouvions très souvent pour voyager ou nous allions de ville en ville les uns chez les autres lors de nos multiples road trips.

Tout ça pour dire qu’à l’étranger on ne veut jamais être avec trop de personnes de notre pays d’origine pour être sûr de s’ouvrir aux nouvelles cultures, à la langue et à toutes les coutumes qui vont avec, mais finalement on n’est jamais mieux compris que par les gens de son pays ! C’est une leçon que je ne pensais absolument pas retirer de mon séjour mais finalement c’est un fait ! On peut bien sûr tisser des liens très forts avec des américains (ou autres pays autres que notre pays d’origine) mais du fait des différences culturelles, les relations sont souvent beaucoup plus simples avec des compatriotes. A côté de ça certains pays sont culturellement très proches ! C’est comme ça que j’ai passé tout mon premier trimestre quasiment exclusivement entourée d’allemands avec qui la communication et le mode de vie étaient étrangement semblables !

CIMG5041

Hotel de Ville de Los Angeles

Du côté de la vie de tous les jours j’ai eu la chance de trouver ce que je cherchais : une collocation exclusivement avec des américains (en l’occurrence une partie de l’équipe de Pompom girls de ma fac !). Tout s’est parfaitement passé et cette proximité quotidienne m’a permis de me sentir réellement en immersion dans la culture américaine que j’ai rapidement adoptée en la mettant à ma sauce. Au niveau de la cuisine par exemple, si les français ont tendance à vivre pour manger, les américains eux ont plutôt tendance à manger pour vivre ! La différence est énorme n’en doutez pas ! Alors ils mangent n’importe quand, à plusieurs reprises dans la journée, n’importe où et s’en accommodent très bien.

Scolairement parlant l’expérience était extraordinaire ! Les professeurs sont des chercheurs reconnus que l’on cite d’un cours à l’autre, reconnus dans le monde universitaire et parfois dans le monde tout court ! La proximité avec eux change énormément du système français puisqu’on se retrouve aux Etats-Unis dans un réel échange de l’élève au professeur et inversement. En plus de cela, dans ce système, on choisit nos cours « à la carte » ce qui rajoute à l’attention toute particulière et à l’engouement qu’on peut leur porter.

Et bien sûr si je dois vous parler du cadre, je ne pourrais que dire à quel point tout est beau, neuf et pimpant ; une salle de gym de luxe, une piscine universitaire assortie de son jacuzzi, des stades aux normes nationales pour accueillir les compétitions et, la cerise sur le gâteau, une bibliothèque universitaire ouverte toute la nuit en période de partiels et littéralement tous les jours le reste du temps (oui oui le dimanche aussi jusqu’à 19h !)… Bref ça fait rêver mais surtout n’oublions pas que toute comparaison serait déplacée puisque tout ça les étudiants américains le payent au prix fort !

Mais une année à l’étranger c’est surtout plein de rencontres multiculturelles qui entraînent d’innombrables voyages tous plus beaux et formateurs les uns que les autres ! J’ai eu la chance de voyager tout autour des Etats-Unis et même en Amérique du Sud et de gouter à la liberté de prévoir des voyages au dernier moment au fil des rencontres et des opportunités !

Cette année c’est un rêve éveillé, une bulle d’oxygène, une parenthèse de vie durant laquelle liberté est le maître mot. On se découvre, on se redéfinit, toutes les expériences (bonnes ou mauvaises) nous apportent quelque chose et à la fin on prend 5 ans d’un coup ! Il serait malheureusement bien trop long de vous raconter tout ça en détail mais n’importe quel étudiant international vous le dira : c’est une aventure dont on pourrait faire un roman !

CIMG6272

Dans les rues de San Francisco

Je m’étais promis avant de partir d’éviter le cliché mais finalement je vous le dis : c’est l’expérience d’une vie, une année incroyable, alors si vous en avez l’opportunité, foncez, partez, et rêvez !

Par Laura Khassouf

Publicités