Rencontre – Mathieu représente le Sud-Ouest dans la Nouvelle Star


Il est le dernier survivant des candidats bordelais de Nouvelle Star. Mathieu, 19 ans, étudiant en anglais à Bordeaux III, s’est qualifié hier pour la demi-finale de l’émission, à l’issue d’un prime qui a vu partir Pauline, elle aussi castée dans la capitale girondine. Nous l’avons rencontré et, après lui avoir suggéré de chanter la Peña Baiona s’il parvenait à se hisser jusqu’en finale, avons discuté de son parcours et d’une possible suite musicale…

(c) Aurélien Faidy/Autofocus Prod

Bonjour Mathieu. Comment te sens-tu après ce sixième prime ?

Je suis encore malade, une bonne trachéite qui demande beaucoup de repos. C’est très fatigant, surtout qu’on doit préparer trois solos et deux collégiales pour la demi-finale. Je me suis couché assez tard après le prime, je ne pouvais pas dormir sans avoir vu mes prestations, et ce qui allait ou non. Mais je suis assez satisfait, et j’ai pu faire mon solo de guitare à la fin de Déjeuner en paix, c’était vraiment génial !

C’est ta sœur qui t’a inscrite au casting de la Nouvelle Star, qui avait lieu en septembre à Bordeaux. Si elle ne l’avait pas fait, y serais-tu allé de toi-même ?

Non, je n’ai jamais pensé à faire un télé-crochet étant donné que je suis plus branché disques ou radio que télé. Mais ma sœur regardait, notamment l’année dernière. Elle adorait Mathieu ou Yseult, et m’a dit qu’elle m’imaginait bien là-dedans. Alors elle m’a inscrit au casting deux semaines avant et j’y suis allé, sans trop de pression.

Pendant le théâtre, ces trois jours intenses durant lesquels vous enchaînez les épreuves, tu es un peu passé à côté de tes prestations. Le déclic a-t-il eu lieu une fois arrivé sur les primes ?

J’ai toujours aimé chanter devant des gens, depuis que je suis petit. Mais au théâtre, tu te retrouves seul ou presque devant quatre personnes qui sont là pour te juger et guetter le moindre faux pas. J’ai paniqué et j’ai raté mes chansons. Je me sens mieux devant un public, donc sur les primes, je me suis senti dans mon élément et le déclic a peut-être eu lieu grâce à ça.

Aujourd’hui, tu te retrouves aux portes de la finale. Penses-tu à la victoire ou es-tu plutôt dans un état d’esprit « carpe diem » ?

Je me concentre surtout sur le prime qui arrive, sur ce qui va se passer. Je reste dans ma bulle et ne fais pas vraiment attention à l’extérieur. J’aime arriver tranquille sur scène, faire ma chanson, me faire kiffer et faire kiffer les gens. Je ne m’imagine pas plus favori qu’un autre, je trouve qu’il s’agirait d’un très mauvais état d’esprit.

Tu n’as reçu, depuis le début de l’aventure, que des « bleus », soit des avis positifs, de la part du public. Comment vis-tu cet engouement ?

C’est vraiment très cool, du jour au lendemain j’ai reçu des messages de personnes qui me disaient qu’elles aimaient ce que je faisais, ça fait extrêmement chaud au cœur.

Y a-t-il une chanson que tu rêverais de reprendre d’ici à la fin de l’émission ?

J’aimerais beaucoup chanter Amsterdam, de Jacques Brel. Je l’avais déjà faite quand j’avais douze ans, accompagné d’une chorale. C’est un titre que j’adore interpréter, et pour moi une des plus belles chansons qui puissent exister.

J’imagine que tu dois être obligé de penser à l’après Nouvelle Star. Te vois-tu faire carrière dans la musique ou penses-tu plutôt à retourner sur les bancs de la fac ?

J’aimerais beaucoup continuer dans la musique, puisque c’est de toute façon ce que j’ai toujours voulu faire. On verra bien ce qui va se passer après, mais le retour à la fac, ça risque de ne pas être pour tout de suite !

Si tu as l’opportunité de sortir un album, à quoi voudrais-tu qu’il ressemble ? Y a-t-il des artistes avec qui tu aimerais particulièrement collaborer ?

J’aime la folk. Mon identité, c’est « chanteur/guitariste ». Je ne quitte jamais ma guitare. Mais j’aime aussi le funk, le rock… Je suis un touche à tout, j’adore faire des mélanges. Entre l’anglais et le français, je pencherais plus vers l’anglais, qui correspond plus à mon univers. Ma culture musicale vient essentiellement de Grande-Bretagne et j’écoute peu de musique française, à part la « vieille » musique. Mais la Nouvelle Star m’a fait, en quelque sorte, découvrir le français. Au fil des primes, je me mets à aimer chanter dans cette langue et j’aimerais vraiment l’intégrer à mon univers. Pour ce qui est d’une possible collaboration, je penserais à Julien Doré, dont j’ai adoré le dernier album. Mais depuis que j’ai découvert Damien Rice (qu’il a repris sur le dernier prime, ndlr), je rêve de collaborer avec lui. Si seulement, sait-on jamais !

Propos recueillis par Sarah Choteau

(Merci à Mathieu et Guillaume Alconchel pour TV Conseil)

 

Publicités