10 BONNES RAISONS… de, finalement, haïr l’hiver


 

En cette fin d’année 2014, Super Bobine vous offrait 10 bonnes raisons de chérir un peu plus l’hiver, un florilège de raisons superflues d’aimer cette saison maudite de l’année. Oui mais voilà : ça, c’était au DEBUT de l’hiver. Entre temps, les fêtes sont passées, le soleil a disparu et le froid s’est installé durablement. Du coup, maintenant, on dit NON. NON à l’hiver qui nous rappelle que l’été est bien trop loin et qui nous donne juste envie de rester chez nous à nous morfondre en attendant les premières températures supérieures à 10°C. CHANGEMENT DE CAP : 70 jours après sa tentative de vous faire aimer l’hiver, Super Bobine tombe le masque : l’hiver, c’est nul, et on vous le prouve avec 10 bonnes raisons de, finalement, haïr l’hiver.

________________________________________

winter-sucks

________________________________________

1 – Une météo du côté obscur de la force

Il fait froid, il pleut, il vente, il neige même… Et on veut bien « laisser entrer le soleil », mais même lui fait la gueule. ON VEUT DE LA CHALEUR !!!

2 – Un compte en banque appauvrit

L’hiver rime souvent avec rien à faire. La seule solution pour se sortir de l’ennui, c’est de payer : prendre un verre, faire les magasins, aller au Trampoline Park (big up les Bordelais)… Et qui plus est, les fringues coûtent plus cher l’hiver. La plage et les balades sous le soleil estival, ça c’est économe !

3 – Rien à penser

VACANCES (et des vrais cette fois). Finit les cours et finit les partiels, place à l’insouciance (car avec un peu de chances, vous avez eut votre année et pouvez donc vous reposer sur vos lauriers). C’est vrai qu’à part savoir à quelle heure se lever pour son job d’été le lendemain, notre cerveau n’a plus besoin de retenir beaucoup d’informations…

4 – Les soirées d’été sont les meilleures

Qu’elles soient sur la plage ou dans des bars (comme le reste de l’année), les soirées d’été sont TOUJOURS les meilleures. Premièrement, pas besoin de trimballer son manteau partout (plus pratique et moins coûteux au vestiaire). Deuxièmement, les problèmes de transports sont résolus : vive le vélo ou la marche à pied grâce à la chaleur estivale qui s’accompagne bien avec nos alcoolémie trop élevée. Et il faut bien l’avouer : les touristes sont de sortie et, ça, ça nous fait toujours bien marrer !

5 – La légèreté envolée

L’hiver, on se sent lourd. Côté poids, les kilos s’accumulent : plus de plats consistants, moins de salades fraîcheur, plus de restos, moins d’eau (car déshydratation plus lente)… Côté vêtement, le bilan n’est pas mieux : le gros manteau, les chaussures fermées, 2 paires de chaussettes, 2 paires de collants, des sous pulls ou des débardeurs sous les énormes pulls en laine… Oui, Bibendum, c’est vous.

6 – Dégueulasse tu seras

Imperfections qui ressortent, fond de teint et maquillage en double dose, boutons par milliers, lèvres gercées, peau sèche… Autant de petites joies hivernales dont on se passerait volontiers qui font leur retour en cette saison sombre. Et par dessus le marché, à moins d’avoir un compte en banque assez fournit pour partir au soleil à chaque vacances, le teint pâle fait son grand retour. HIVER : 1, BEAUTE : 0.

7 – Dîtes bonjour à la maladie (et certainement pas celle d’amour)

Grippe, gastro, rhume, bronchite… Tant de mots sexy pour qualifier un hiver de folie.

8 – L’épreuve du corps hivernal…

En hiver, chaque essayage en cabine est une épreuve : on est blanc, on se sent gras, moche, sec… Alors que l’été, on a davantage l’habitude de voir son corps dénudé chaque jour. Et redécouvrir son corps dans sa réalité de cette façon, c’est bien trop déprimant.

9 – Aucune chanson ne fait l’éloge de l’hiver

Si ce n’est les chansons de Noël style « Vive le vent d’hiver », AUCUNE chanson de fait l’éloge de l’hiver autant que de l’été. Coïncidence ?

10 – Si on ne part pas au ski, l’hiver ça sert clairement à rien

Et comme on n’a pas tous les moyens de claquer son argent dans un forfait + un logement + un trajet (plus ou moins long), on a plus qu’à aller se recoucher sous notre grosse couette, chauffage allumé à fond avec un vieux bêtisier de Noël. Super programme, non ?

Zoé Logeais

 

 

 

 

 

Publicités