FRANCK DUBOSC A L’AFFICHE DE « BIS » – « CA ME PLAIT DE FAIRE RIRE SANS FAIRE LE CLOWN »


Franck  Dubosc fut de passage à Bordeaux pour présenter à la presse son nouveau film« BIS ». L’occasion pour lui de revenir sur cette comédie signée Farrugia dans les salles à partir du 18 février, mais également sur son jeu de comédien et ses futurs films.

221367

Pour toi public, Franck Dubosc revient au cinéma avec « BIS », un film réalisé par Dominique Farrugia, où il partage l’affiche avec un certain Kad Merad. Une comédie qui risque de plaire aux nostalgiques du rubik’s cub, du walkman et des coiffures à la Desireless mais également à toute autre personne qui souhaite rire, tout simplement.

« BIS », c’est l’histoire d’Eric (Franck Dubosc) qui en a marre de sa vie aux multiples conquêtes, et de son pote Patrice (Kad Merad) qui ne se sent plus épanoui dans sa peau de médecin père de famille. Après le verre de trop et une merveilleuse cascade dans les escaliers de la cave, les voilà comme par magie en… 1985 ! Année symbolique, non parce qu’elle est l’année de l’invention de la machine à voyager dans le temps du Docteur Emmet Brown qui propulsa Marty Mc Fly en 1955, mais bel et bien parce qu’elle est l’année où tout a basculé pour nos jeunes compères : le bac, l’amour de leur vie, etc. En bref, revivre ce temps-là leur permettrait de changer tout le cours de leur vie… Vont-ils oser modifier leur avenir ? Ou sont-ils trop attachés à leur « vrai » futur ? That is the question.

10994823_10203657456053251_1485393905_n (1)Mais la véritable interrogation est de savoir si le film séduit les spectateurs. Ça tombe bien, puisque Franck Dubosc en sait déjà quelque chose : « y’a des gens qui aiment, et des gens qui n’aiment pas. En tout cas, je suis très content et je me trouve bien dedans. Ceux qui ne me trouvent pas bon, je m’en bats les couilles ! ». Autant dire que notre cher Franck ne se laisse pas démonter par la critique.

Mais il convient de défier une fois de plus le temps pour revenir au moment où « BIS » n’était qu’un vaste projet. Selon l’acteur (ou humoriste ?), Kad Merad avait déjà rejoint le projet lorsqu’il est arrivé, un duo qui par ailleurs tombait à pic : « Je pense que [Dominique Farrugia] voulait un beau duo avec Kad et ça fait un moment que l’on voulait faire un film ensemble. Donc il m’a téléphoné ». Intégrer le casting du film est donc aussi simple que cela. Mais une fois sur le plateau de tournage, cela se complique pour faire de ce nouveau film un bon film. « j’ai travaillé, fait des propositions, mais c’était plus sur des choses à rendre crédibles, plus ponctuelles, des choses scénaristiques que des dialogues ou des choses drôles ».

D’ailleurs, il faut bien se rendre à l’évidence que Franck Dubosc ne cherche plus systématiquement de « choses drôles » pour faire rire, par exemple : « je fais moins de grimaces, je fais plus dans le [comique de] situation », ce qui n’est sans doute pas un mauvais choix puisque cela lui permet de découvrir d’autres facettes du métier d’acteur et aussi de « faire des films différemment ». Mais attention, ce n’est pas pour autant qu’il met de côté ses personnages de « mec dragueur ringard, mec en moule-burnes », car même si « c’est moins louable d’aimer des gens comme ça pour le public », Franck Dubosc admet lui-même qu’il a « envie d’y retourner un peu à ces personnages-là, avec ce [qu’il] a appris maintenant, il y a cette envie de les revisiter ». Y voit-on ici le spoiler de son prochain spectacle ?

En tout cas, pour ce qui est de son futur, Franck Dubosc n’a rien voulu révéler quant aux « Visiteurs 3 : La Terreur » si ce n’est qu’il va incarner un « personnage drôle » puisque c’est avant tout une comédie, « mais finalement quelque chose « très vrai », ancré dans la Révolution ». En d’autres termes, un rôle « drôle mais sérieux », ce qui lui va parfaitement bien : « Ça me plait de faire rire sans faire le clown ». C’est d’ailleurs ce qu’il compte bien faire dans la nouvelle comédie signée Florian Emilio-Siri  (Cloclo, Ennemi  Intime), qui mettra en scène « des personnes qui ne sont pas en gags, mais qui sont plus dans une douleur. […] j’aime ça, car je me suis rendu compte que je peux faire rire sans gesticuler partout ». Même Patrick Chirac, dans Camping 3, sera différent !

Mais rien de tel que le temps présent. La 40ème cérémonie des César approche, et de nombreuses comédies sont nominées, comme La Famille Bélier, véritable phénomène au box-office. Mais pour l’acteur de Cinéman, il y en a encore beaucoup d’efforts à faire avant qu’un vrai film populaire comique ne soit représenté. Selon lui, nominer un film tel La Famille Bélier  « est une façon de se déculpabiliser. Les César ont fait Intouchables, Guillaume et les Garçons A Table, etc. C’est comme les gens qui disent « je ne suis pas raciste j’ai un ami noir ! », tout en rajoutant par la suite : «  il ne faut pas confondre un film populaire et un film qui marche très fort mais qui n’est pas vraiment très drôle. Les César sont contents de se dire « on en a un ! ». S’ils avaient voulu jouer le jeu, ils auraient mis Qu’Est-Ce Qu’on A Fait Au Bon Dieu ». Et il n’a peut-être pas tout à fait tort…

__________________

___________________

Par Yohann Sed

Publicités