« Une maman formidable » : Une éducation presque parfaite ?


La semaine dernière, D8 lançait Une maman formidable, une nouvelle émission surfant sur la vague de la « télé-concours », l’idée étant ici de confronter chaque semaine les méthodes d’éducation de quatre mères qui s’attribuent des notes entre elles et obtiennent ainsi une moyenne qui peut leur permettre de remporter le titre de « Maman Formidable » de la semaine. Un concept qui, avant même la diffusion de l’émission, avait beaucoup fait parler les internautes qui l’avaient jugé « choquant ». Nous avons regardé la première semaine de ce nouveau programme et voici les conclusions que nous avons pu en tirer…

Après le succès d’Un dîner presque parfait, programme lancé par M6 en 2008, qui proposait à quatre inconnus habitant dans la même ville de s’inviter à dîner à tour de rôle en étant notés sur des critères tels que la cuisine, la décoration ou encore l’ambiance, les chaînes n’ont pas hésité à réitérer l’expérience en appliquant la même formule pour les maisons d’hôtes (Bienvenue chez nous, TF1), les mariages (Quatre mariages pour une lune de miel, TF1), le shopping (Les reines du shopping, M6) ou les boulangeries (La meilleure boulangerie de France, M6). D8 a, quant à elle, choisi un sujet nettement plus délicat à traiter, celui de l’éducation. Un thème déjà abordé dans des émissions telles que Super Nanny (M6), Pascal, le grand frère (TF1) ou On a échangé nos mamans (M6), mais qui prend ici un tout nouveau tournant.

Pour sa première semaine, le concours opposait Aurélie, Elodie, Suzy et Isabelle, quatre mamans aux méthodes d’éducation différentes, qui se sont observées et jugées sur quatre critères : la chambre des enfants, les jeux, le repas et la méthode d’éducation. Afin de définir ladite méthode, chaque maman était, dès sa présentation, rangée dans une case. D’un côté, la maman maniaque, de l’autre, la maman décontractée, mais également la maman indulgente et la maman stricte. Depuis la « caravane des mamans », chacune traquait sans relâche la moindre faille chez l’adversaire. Quand Isabelle, la maman décontractée, parle de l’appartement de la maniaque Elodie comme d’un « appartement témoin », cette dernière réplique en s’indignant à la vue de la chambre des enfants d’Isabelle. Tout y passe, du rangement des vêtements dans l’armoire (certaines préfèrent visiblement les tiroirs et n’hésitent pas à le faire savoir) à la façon de donner le bain (tiens, Isabelle n’autorise que deux jouets à ses enfants !), en passant par la nourriture servie au dîner (quel dommage, Suzy propose un repas équilibré mais elle gâche tout en autorisant le ketchup) et le brossage des dents (deux minutes et une pastille au fluor pour Julyan, le fils d’Elodie). On retrouve ainsi les traditionnels crêpages de chignon que réclame le téléspectateur. La finale permet à chacune de découvrir ce qui a été dit sur elle, et nous assistons à la confrontation des quatre mamans qui ont visiblement des comptes à régler. « Isabelle, je peux savoir ce que tu entends par appartement témoin ? » demande Elodie. « Vous dites que la chambre de mon fils n’est pas une chambre d’enfant parce qu’il n’y a pas de jouets mais c’est tout simplement parce qu’ils étaient rangés » ajoute Isabelle. « J’étais obligée de leur donner du ketchup sinon ils ne mangent pas de légumes ! » se justifie Suzy. Une confrontation finalement atténuée lorsque les mamans concluent leur échange par « ce qu’elles garderaient » dans les méthodes d’éducation présentées.

Un concept et des commentaires qui choquent la toile, les internautes n’hésitant pas à faire part de leur mécontentement sur Twitter.

Après ouverture des enveloppes contenant les notes, ce sont Elodie, la maman maniaque, et Aurélie, la maman stricte, qui remportent la semaine de compétition. Et si le simple fait de noter un système d’éducation pouvait choquer, on se demande maintenant ce qu’il en est des papas. N’ont-ils pas eux aussi une part importante dans l’éducation des enfants ? La mère est-elle seule responsable du foyer, le père se chargeant d’aller travailler pour ramener de quoi subvenir aux besoins de sa petite famille ? A l’heure où des pères se battent pour obtenir les mêmes droits que les mères, il est dommage de constater que l’image du foyer à la télévision ne bouge pas. Au vu des faibles audiences du programme et des critiques acerbes du public, Une maman formidable ne devrait pas vivre bien longtemps. Espérons que D8 fasse rapidement revenir des jeux comme Le Maillon faible ou A prendre ou à laisser en pré-access, un genre qui lui réussit plus…

Par Sarah Choteau

Publicités