Restos du cœur 2015 – Les 10 meilleurs hymnes des Enfoirés


Ça y est, l’hiver est là. Et si cette période est pour la majorité des gens synonyme de fêtes, de cadeaux et de moments de joie, c’est aussi la période où le froid et la faim se font les plus insupportables pour les personnes les plus défavorisés. 
C’est ainsi que, comme tous les ans depuis maintenant 30 ans, les Restos du Cœur viennent de lancer leur grande campagne hivernale.

Les restaurants du cœur, c’est bien sûr des milliers de bénévoles, mais c’est aussi un collectif d’artistes œuvrant pour la bonne cause : les fameux Enfoirés !

Super Bobine vous propose de revenir en musique sur les 10 hymnes majeurs des Enfoirés, depuis leur création en 1986. Au programme des reprises réécrites à la sauce « Goldman », des chansons originales, mais surtout des tubes !

1) Les chansons originales ou adaptées

La chanson des restos, 1986, écrite et composée par Jean-Jacques Goldman et Coluche

La première, l’originale, la vraie. Un texte touchant, une mélodie entêtante, et l’occasion de réentendre Coluche ou Yves Montand.

« C’est pas vraiment de ma faute si y’en a qui ont faim, Mais ça le deviendrait si on y changeait rien ».

Ici les enfoirés, 2009, texte de Jean-Jacques Goldman sur l’air de In the Army Now (Status Quo)

Sur un air génial, un texte tout aussi beau pour rappeler que le combat contre la faim continu.

« Les saltimbanques c’est pas sérieux, mais les ministères n’ont pas fait mieux ».

La chanson du bénévole, 2014, écrite par Jean-Jacques Goldman et composée par Frédéric Château

Pas le meilleur hymne des Enfoirés, mais un message important pour tous ces bénévoles qui donnent de leur temps au service des plus démunis.

« On n’est pas des saints, juste des bénévoles ».

On demande pas la lune, 2011, chanson d’Indochine, seul le refrain est modifié

En 2011, les Enfoirés n’ont pas été très originaux en ne modifiant que le refrain de ce tube d’Indochine. Mais ils ont visé juste avec un air très populaire.

« Nous sommes juste venu vous dire qu’il ne suffit pas de rêver. Pour une assiette et un sourire, il faut des milliers d’enfoirés.»

Attention au départ, 2013, écrite et composée par Jean-Jacques Goldman

Une fois de plus, Goldman a misé sur un air rythmé facilement mémorisable. Par contre pour le sens, on repassera …

 2) Les reprises

Parfois, les Enfoirés reprennent une chanson déjà existence. C’est simple, mais ça suffit à faire passer leur message, grâce à des textes forts de la chanson française.

Aimer à perdre la raison, 2007, texte de Louis Aragon, musique de Jean Ferrat

« Aimer à n’en savoir que dire. A n’avoir que toi d’horizon ».

Tous les cris les SOS, 2004, Daniel Balavoine

« Et je cours je me raccroche la vie. Je me saoule avec le bruit ».

Quand les hommes vivront d’amour, 2003, Raymond Lévesque

« Quand les hommes vivront d’amour. Il n’y aura plus de misère ».

Emmenez-moi, 1999, Charles Aznavour

« Il me semble que la misère serait moins pénible au soleil ».

 Le Temps qui court, 2006, Alain Chamfort (non, ce n’est pas que Alliage)

« Le temps qui court, court, change les plaisirs. Et que le manque d’amour nous fait vieillir. »

Et vous, quel est votre hymne préféré ?

Clément Corbiat.

Publicités