Benoit Jacquot – « 3 Coeurs » ou l’envie de faire un film contemporain


Super Bobine a eu l’occasion de rencontrer Benoit Jacquot lors de sa venue à Bordeaux, afin d’évoquer son prochain film : Trois Cœurs.

20140821_192911 - Copie

Benoit Jacquot, réalisateur des Adieux A La Reine, revient cette semaine avec Trois Cœurs, triangle amoureux porté par Benoit Poelvoorde, Chiara Mastroianni et Serge Gainsbourg. Catherine Deneuve, depuis très longtemps sur le projet, fait également partie du casting.  En bref, des « acteurs d’une certaine pointure » comme aimait le rappeler le réalisateur, que nous avons rencontré récemment à Bordeaux.

Avec ce nouveau long-métrage, Benoit Jacquot a préféré nous dévoiler une histoire contemporaine, lui qui a pourtant pour habitude de concevoir des films d’époque : « j’avais très envie de faire un film contemporain, qui se passe ici et maintenant, encore fallait-il choisir ce « maintenant » et ce « ici », d’où l’idée de le faire en province et non à Paris ». Mais pourquoi en avoir décidé ainsi ? Tout simplement parce que le metteur en scène « ne se sent jamais autant voyageur et dans un sentiment d’exotisme quand [il] va en province, chaque ville a son caractère, et c’est toujours pour [lui] très exotique : on voyage quand on va dans une ville de province ». Cette ville de province, difficilement identifiable dans le film, n’est autre que Valence.

Autre nouveauté pour Benoit Jacquot, réputé pour donner le rôle principal de ses films à des femmes, celle de faire de Trois Coeurs un portrait d’homme… mais évidemment, avec des femmes gravitant autour ! Dans ce film « sur les rapports du nécessaire et du contingent, puisqu’on ne sait jamais sur ce qui est de l’ordre du destin ou du hasard », nous suivons alors Benoit Poelvoorde, un acteur toujours imprévisible, qui dans son jeu «amène immédiatement quelque chose de cocasse, fantaisiste, arrivant très vite au mélancolique ». Cet « amoureux du texte, de la formulation et de la prononciation » joue ici le rôle d’un inspecteur des finances. Un métier rare au cinéma mais pourtant passionnant selon Benoit Jacquot qui le considère comme étant « pas loin d’un flic mais en même temps un flic, puisqu’il intervient dans la vie privée de façon très radicale », chose que nous remarquons dans de nombreuses séquences du film.

Cet inspecteur des finances, en mutation dans une ville de province, rate son train pour Paris… C’est grâce ou à cause de cet événement qu’il fait la rencontre de Sylvie/Charlotte Gainsbourg. Ils discutent, le courant passe, ils décident de se revoir dans Paris. Le Jour J, Marc arrive trop tard, Sylvie est déjà partie… Ils ne se reverront plus. Puis un jour, dans cette même ville de province, Marc fait la connaissance de Sophie/Chiara Mastroianni, un rôle qui avait d’abord été proposé à Léa Seydoux, alors engagée à l’époque sur La Vie d’Adèle. Pour Marc et Sophie, c’est le coup de foudre ! Problème : il ne sait pas qu’elle est la sœur de Sylvie…

Ainsi, « Le film part d’une situation que l’on connait : le rendez-vous manqué ». Un thème mille fois repris au cinéma, ce qui ne dérangeait aucunement le metteur en scène : « C’était très passionnant pour moi de prendre un thème très partagé, fréquenté et d’en faire un objet singulier qui rappelle ce qu’on a déjà vu, mais sur un ton qui n’est pas le même ». Ce ton justement, est original. Benoit Jacquot a voulu faire de sa nouvelle œuvre un film d’amour comme un film de crime, et ainsi, « prendre le spectateur en otage [….] qui a toujours une avance sur les personnages ».

Cette ambivalence entre film d’amour et film de crime n’était pas chose aisée, quand on sait que Benoit Jacquot avait souvent « le sentiment à mesure [qu’il] écrivait et même encore maintenant qu’il y avait des risques et que le film ne pouvait pas forcément marcher ». Une seule façon de savoir si Trois Cœurs fonctionne, aller le voir au cinéma dès sa sortie le 17 septembre…

Super Bobine a déjà vu le film et a beaucoup aimé… Pour connaitre son avis détaillé, rendez-vous sur le site très prochainement !

Par Yohann Sed

Publicités