Ouvrez « les portes closes » de Lori Saint-Martin


Un peu de lecture ne fait jamais de mal ! C’est pour cela que Super Bobine vous propose de découvrir le dernier livre en date de la québécoise Lori Saint-Martin, Les Portes Closes, qui était de passage à la librairie Mollat de Bordeaux il y a quelques jours…

20140703_180153

Professeur au département des études littéraires à Lucam (Québec), féministe, traductrice… mais aussi écrivaine ! Un comble, pour quelqu’un qui n’aime pas les romans de profs ! Quoi qu’il en soit, Lori Saint-Martin est devenue au Québec une écrivaine connue, respectée, commentée. Notamment depuis la sortie en 2013 des Portes Closes.

Dans Les Portes Closes, Lori Saint-Martin nous raconte l’histoire d’un couple. Un vieux couple lié par un pacte. Un pacte d’une grande cruauté : « ce sont deux peintres, deux très bons peintres. Lui peint diverses choses dont les femmes nues. Il couche avec elles, mais toujours qu’une seule fois. Et elle [sa femme], elle le sait ». Cela se passe toujours dans son atelier. Elle n’ose jamais ouvrir les portes, préfère les laisser closes. Mais évidemment, au bout de trente-cinq années, l’épouse commence à se poser des questions sur ce pacte devenu habitude. Elle ne comprend pas, elle n’en peut plus… elle songe à rompre. Patatras. « Le pacte est très cruel, c’est vrai. Mais à chaque fois qu’il y a un pacte dans un couple, il est très difficile de le changer, jusqu’au jour où l’on brise ce pacte, et là, « qu’est ce qui ne vas plus ? » » nous a expliqué l’écrivaine. Mais le pire dans l’histoire, c’est Elise, l’élément perturbateur. Une maitresse, une vraie. Mais aussi une amie, à elle. Elle ébranle les deux peintres. Et pourtant, le couple semble plus fort : « Un élément bien établi est fort, beaucoup plus fort qu’un élément extérieur, c’est sûr ». Une force acquise tout au long de ces trente-cinq années… et peut-être grâce/à cause d’un lourd passé familial.

La douleur et les blessures – sources d’énergie selon Lori Saint-Martin – sont ainsi très présentes dans cette œuvre, tout comme la colère : « Beaucoup chez lui, chez elle aussi. Tous les deux. Mais des colères très différentes ». Mais au-delà de cette histoire de couple, ce mécanisme complexe, se cache des réflexions bien plus profondes dans ce livre, sur la création par exemple : « la création, le travail de l’esprit sont des choses qui m’intéressent beaucoup dans ce roman ». Eh bien sûr, la féministe qu’est Lori  Saint-Martin réapparait dans les pages de son livre, en décrivant la vie de cette femme peintre qui a sacrifié sa carrière pour celle de son mari. Aussi, par le biais de ces nombreux thèmes exploités, l’écrivaine a pu faire de son histoire un récit riche en rebondissements : « En l’écrivant, c’était important pour moi qu’il y ait des surprises, pour avoir un autre regard sur ce couple, sur le temps. Car pour moi, c’est un roman sur le temps ». Et le temps, il vous sera nécessaire d’en prendre, chers lecteurs. Ne serait-ce qu’un peu. Juste assez pour tomber amoureux de cette œuvre, qui a reçu de très bonnes critiques au Québec…

Par Yohann Sed

___________

« Les Portes Closes » de Lori Saint-Martin – Editions Boréal – 17,50€

___________

Publicités