Sans Patrick Marcel, pas de « Game Of Thrones » en français


Le traducteur des romans à succès Games Of Thrones, Patrick Marcel, a rendu visite aux clients de la Machine à Lire, librairie bordelaise. Super Bobine se devait d’y faire un petit tour…

le-traducteur-de-la-de-georges-r-r-martin-est-bordelais_1900297_800x400

Le bordelais Patrick Marcel, traducteur de Game Of Thrones (photo par Sud-Ouest)

C’est le petit coup de folie, la tendance du moment.  Une grande partie des adolescents en sont dingues, et certaines personnes un peu plus âgées en sont accros également. Œuvre littéraire avant de devenir une fiction télévisuelle, Games Of Thrones est sans conteste un « phénomène ». Les fans en redemandent encore et encore, pendant que la série se télécharge en masse et que les livres se vendent comme des petits pains. Ces livres, ils sont signés George R.R Martin… dans leur version originale. Mais si vous regardez (ou lisez, en l’occurrence) d’un peu plus près les toutes premières pages des bouquins, vos petits yeux risquent de croiser les lettres de Patrick Marcel.

Patrick Marcel, c’est un peu comme le deuxième écrivain du livre. En tout cas, pour les lecteurs français. Car il est en fait le traducteur de Games Of Thrones version papier, dans la langue de Molière. Mais à votre avis, depuis combien de temps se penche-t-il sur la traduction de  Games Of Thrones ?  Depuis le 4ème tome, en remplacement du traducteur Jean Sola qui a signé les trois précédents. Pas évident dans les premiers temps de travailler sur une série de livres qui avait déjà son style de traduction, son originalité, ses particularités. Car comme nous l’a rappelé Patrick Marcel lui-même, « il y a peu de chances qu’un traducteur traduise pareil. Chacun a lu le livre avec ses propres ressentis […] La traduction, ça reste des choix ». Et les choix de son prédécesseur en l’occurrence, étaient de donner un style médiéval à la narration, voire archaïsant comme le disent ses détracteurs. Ainsi, pour ses premiers pas dans l’univers de Games Of Thrones, Patrick Marcel a fait « l’effort de rester fidèle à l’écriture de Jean Sola » (pourtant sujette à de nombreuses polémiques) pour ensuite « traduire le texte en essayant de rester dans le même esprit que le véritable auteur, George R. R Martin, dont le style est plus net et direct ».

Traduire un roman n’est donc pas chose aisée, loin de là. Mais Patrick Marcel a une technique bien particulière pour mener ce travail à bien, qu’il a commencé bien des années auparavant l’aventure Games Of Thrones, sur des livres d’horreur. « Je travaille par cycles, je prends des délais pour lire puis traduire un bouquin » et arrive par la suite le moment où sort de la plume « le premier jet, puis je reviens cinq, six, sept fois sur le livre. […] Il faut y passer un certain temps ! ». Ce temps de travail, c’est Patrick Marcel lui-même qui l’établit, en fonction du livre à traduire : « Pour la dernière traduction en date, j’ai été contacté pour un livre illustré sur Games Of Thrones. Un livre illustré, en principe, cela ne fait pas beaucoup de pages ! Donc j’ai décidé de le faire en deux mois. Quand j’ai reçu le texte à traduire, il faisait… 800 pages de texte !  Vu que j’avais dit « un délai de deux mois », j’ai dû le traduire en deux mois ! ». Autant dire qu’il a dû passer quelques nuits blanches pour finir son job à temps…

Mais tout compte fait, le traducteur francophone du Trône de Fer aime t-il l’histoire de ces romans ? C’en est une évidence ! A Patrick Marcel de faire par la suite une petite analyse : « Au début, cela commence comme un roman historique alors que c’est de la fantasy. La démarche de Martin a un côté réaliste : Il part sur un cadre qui répond à ce qu’il sait du Moyen-âge. Et ce qui est bien, c’est qu’il y a des points de vues différents […] Chez Martin, il y a des crapules totales. Mais quand on lit leur point de vue, ils ne sont pas si méchants… Du moins, tous les personnages ont leurs raisons ». Bref, pour le traducteur francophone, « la narration est très réussie, la série est très réussie ». Avec autant de réussites, il n’est donc pas étonnant d’assister à un tel succès, qui n’est sans doute pas prêt de s’arrêter, puisque des histoires inédites vont prochainement envahir les librairies, dont u« Games Of Thrones : les Origines », traduit en toute logique par Patrick Marcel. Il n’y a plus qu’à attendre sa sortie…

Par Yohann Sed

Publicités