10 raisons pour dire « J’aime Le Tour de France ! »


La première étape du Tour de France débute samedi, à Dusseldorf ! Comme chaque année, nous célébrons bien plus qu’une simple course cycliste, nous célébrons la plus grande course au monde (si si, ‘faut bien être chauvin un peu). C’est un mythe, un patrimoine dans l’univers du cyclisme international. Le Tour de France, ce n’est pas seulement 198 coureurs, c’est aussi une ambiance, une atmosphère particulière. Des légendes qui ont façonné le palmarès et qui ont mystifié cette course aux paysages, aux cols et monts iconiques, en passant par la non moins célèbre caravane publicitaire qui entoure chaque étape, voici 10 raisons qui nous font aimer la Grande Boucle. 

tdf

LES PAYSAGES

Parce que comme le résume si bien chaque année notre cher Thierry Adam, «  Le Tour de France, c’est le Tour de la France ». Dans son chauvinisme poussé au paroxysme, on ne lui donne pas tort pour une fois. Quoi de mieux qu’une arrivée au Mont Saint Michel, une arrivée au Mont-Ventoux, une étape qui traversait la Corse pour bien mettre en avant les paysages et le patrimoine de la France ? Le Tour se distingue également des autres courses cyclistes par la renommée de ses cols. Si le Giro empreinte les Dolomites, le Tour emprunte les Alpes et ne se gêne pas pour faire une arrivée du côté de l’Italie. Le Tour, se distingue des autres épreuves par la renommée de ses cols (le Tourmalet en est l’exemple le plus significatif) et de ses monts à l’image d’un Mont-Ventoux. Ce sont dans ces montagnes que le Tour a façonné et a construit ses Légendes : Merckx, Anquetil, Coppi, LeMond, Indurain, et j’en passe… 

LA CARAVANE

Elle fut créée en 1930 par le directeur de l’épreuve de l’époque Henri Desgrange. Voyant l’importance que prenaient les équipes cyclistes et l’emprise qu’elles avaient sur l’épreuve, le directeur décide de modifier dans sa totalité le règlement du Tour. Désormais, le peloton sera composé d’équipes nationales (et non plus de marque de cycles comme c’était le cas), tous les coureurs auront le même vélo qui sera fourni par l’organisation. Mais ce projet a un coût et est onéreux. Pour y remédier, Henri Desgrange en appelle aux enseignes de la France à soutenir l’épreuve, la caravane du Tour nait alors. Cette caravane est un véritable succès pour l’épreuve puisqu’elle permet de remplir les caisses du Tour. Aujourd’hui la caravane est un véritable spectacle, on évalue à 47% le nombre de spectateurs qui vienne sur les étapes pour voir en priorité la caravane. 

LES MAILLOTS

Le Maillot Jaune 

Qu’il soit Rose en Italie ou Rouge en Espagne, su le Tour, on porte le maillot jaune. À sa création en 1903, le premier du classement général ne portait pas de maillot distinctif, la presse, dans un souci de reconnaissance somma le directeur Henri Desgranges de faire porter un maillot distinctif au premier du général. En 1919, le directeur, toujours Henri Desgranges décida d’utiliser la couleur jaune pour la simple et bonne raison que c’est la couleur du papier du journal L’Auto, journal qui avait en charge l’organisation de l’épreuve. 

Le maillot à pois 

Le maillot à pois rouge récompense le vainqueur du grand prix de la montagne. Au sommet de chaque côtes et cols, des points sont attribués, les arrivées en sommes voient les points doublés. Ainsi le grand prix de la montagne se distingue en 5 catégories, de la plus petite à la plus grande cela donne : 4ème (1 point), 3ème (2 points), 2de (5 points), 1ère (10 points) et Hors-Catégories (20 points). Là encore dans un soucis de distinction, le directeur de l’épreuve décide d’attribuer un maillot distinctif au leader. Ainsi, en 1975 est introduit le maillot à pois rouge sous l’impulsion de la marque Chocolat Poulain. 

Le maillot vert 

Il récompense le vainqueur du classement par points. Mais attention remporter le maillot vert ne signifie pas forcément être le meilleur sprinteur ! Abandonné en 1912, il fut réintroduit en 1953 pour célébrer les 50 ans du Tour, c’est également cette année que furent crée les sprints intermédiaires pour pimenter les étapes. Un coureur voulant remporter ce maillot devra donc aller chercher les points lors des différents passages sur chaque étape. La couleur verte fut retenue en rapport au sponsor qui était spécialisée dans la fabrication de tondeuses à gazon (La Belle Jardinière). 

 Le Maillot blanc 

Des trois autres Tours, le maillot blanc à la même signification : le classement du meilleur jeune (le blanc signifiant la jeunesse). Peut prétendre a être meilleur jeune tout coureur âgée de 25 ans ou moins. Crée en 1975, ce maillot est toujours actif depuis. 

LA VOITURE-BALAIS

Elle est celle qui ramasse les coureurs qui ont pris trop de retards dans une étape ou ceux qui abandonnent à la suite d’une chute. La voiture balais se trouve généralement en queue de peloton juste derrière les voitures des directeurs sportifs.

LE GRUPPETTO

C’est généralement au cours des étapes de haute montagne que se crée ce groupe de coureurs formé pour la plupart de sprinteurs ou de coureurs qui ne peuvent tenir le rythme du peloton. Ce groupe doit rouler cependant relativement vite pour ne par arriver hors-délais, si un coureur arrive hors des limites de temps, il se verrai alors éliminé de la course. Le Gruppetto doit alors gagner un maximum de temps dans les descentes et sur les portions plates notamment.

LES LEGENDES DU TOUR

Ils s’appellent Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain, ces quartes ont tous remportés à cinq reprises l’épreuve. Ils ont rendu la course encore plus mythique et ont contribués à l’histoire du Tour. Mais ces Légendes s’appellent aussi Fausto Coppi, l’un des plus grand coureur italien de tous les temps. Il fut le premier à gagner à la fois le Giro et le Tour dans la même année, chose qu’il fera à deux reprises dans sa carrière. Et puis, comment parler du Tour de France sans évoquer Raymond Poulidor, l’éternel second. Il sera et restera comme celui qui à rendu la course encore plus difficile à Anquetil et Merckx.

LAURENT FIGNON

Celui qui il y a sept ans, la maladie l’emportait est l’une des grandes figures du Tour de France et mérite une place particulière. Excellent coureur, Laurent Fignon est avant tout un exemple. Exemplaire dans son combat à la fois sur le vélo que dans la vie, Laurent Fignon incarne la figure du cyclisme français. « Le Professeur » comme il était appelé remporta à deux reprises le Tour de France (en 1983 et 1984), Et comment ne pas se souvenir de ce Tour 89, maudit pour lui, qui voit la victoire lui échapper pour 8 secondes sur les Champs-Élysées. Il consacra la fin de sa vie à épauler Thierry Adam, Laurent Fignon était la Voix du Tour de France.

« L’ETAPE DU TOUR »

Depuis 1993, amateur, passionné, néophytes peut prendre part à une étape du Tour de France. Baptisé ainsi, l’Étape du Tour est un franc succès et réunit des milliers de cyclistes pour rouleur sur une étape définie par l’organisation. Mais attention, il ne s’agit pas de courir en même temps que les professionnels, l’Étape du Tour à lieu quelques jours avant le passage des coureurs sur ladite étape.

LA GRATUITE

Et oui, voir le Tour de France c’est gratuit ! Sauf pour les accès V.I.P sur les lignes d’arrivée et notamment pour la dernière étape.

LES CHAMPS-ELYSEES

Quoi de mieux que de terminer la plus belle épreuve cycliste au monde sur la plus belle avenue du monde ! C’est l’étape ultime que tout sprinteur rêve de remporter, et on les comprend. Ce n’est que depuis 1975 que le circuit final est installé sur les Champs-Élysées. Dans un écrin de rêve, le peloton fait son dernier tour d’honneur sur un circuit long de 7 kilomètres et qui emprunte les plus beaux monuments de Paris : les Tuileries, la rue Rivoli, la Concorde, l’Arc de Triomphe et enfin l’arrivée sur les Champs-Élysées.

———-

Toutes les informations du tour de France 2017 sont à découvrir sur le site officiel, ICI

———-

Par Matthieu Plestan

Publicités