La Semaine Musicale #12


Alt-J

 

Pour célébrer  l’arrivée de l’été en beauté, la semaine musicale vous propose une playlist de cinq chansons qui donnent envie de danser, de bronzer, de se reposer ou plus simplement de faire la fête. Parfait pour bien démarrer cette nouvelle saison !

 

Caribou, I can’t do without you

Caribou est né au travers d’un procès. Non celui fait à la musique stéréotypée qui ne cesse d’envahir les différentes radios, qui n’est malheureusement pas encore prévu, mais bien celui que Richard Blum, le chanteur de The Dictators, à intenté à Daniel V. Snaith car il avait usurpé son surnom, Manitoba. Après avoir perdu cette bataille juridique en 2005, le canadien de 36 ans décide de prendre le nom de Caribou et se venge à coup d’albums électro-pop.
Après deux albums sans grand retentissement, Daniel V. Snaith signe en 2010 Swim et goûte à une reconnaissance amplement méritée. Il nous revient cette année avec Our Love qui sortira en octobre, mais dont on vous présente déjà un premier extrait ici. I can’t do without you, entêtant morceau qui sent bon l’été, nous montre quel crime de lèse majesté se serait que de passer à côté du nouvel album de Caribou à sa sortie.

Talisco, Sorrow

Repéré l’année dernière avec la sortie de son premier EP My Home, Talisco doit sa renommée naissante au tube que vous avez surement déjà dû entendre, Your Wish (si ce n’est pas fait,t je vous conseille très vivement de l’écouter). Signé sur le label Roy Music (mademoiselle K, Hangar, Oldelaf,…) Talisco revient en cette fin de printemps avec son premier album, Run.
Si on ne sait pas grand-chose de l’artiste, on peut affirmer qu’il est un touche à tout. En effet, pour la promotion de l’album, Talisco s’est fendu de la réalisation d’un court métrage qui dure le temps de trois chansons présentes sur l’album.
On vous laisse avec Sorrow dont le clip est la première partie du court métrage.

Alt-J, Hunger of the pine

Consacré il y a deux ans lors de la sortie de leur premier album An awesome Wave, qui provoqua un raz de marée d’éloges de la presse et du public, le groupe Δ (prononcé Alt-j, comme le raccourci clavier) revient.
Difficile d’enregistrer un second album quand, dès le premier coup, vous avez obtenu une reconnaissance quasi-générale. Pourtant, avec ce premier morceau Hunger of the pine, le groupe qui en cours de route a perdu son bassiste, a l’air de parfaitement relever le défi. Reste à savoir si le reste de leur second album, This is all yours, dont la date de sortie est prévue pour le 22 septembre, sera du même acabit. En attendant, on peut écouter ce premier extrait qui risque de passer dans plus d’une soirée d’été.

 

Jack White, Lazaretto

Cadet d’une fratrie de 11 enfants, Jack White a deux passions dans la vie, l’église et la musique. Ayant d’abord voulu devenir prêtre, John Anthony Gillis de son vrai nom a dévié de son objectif ecclésiastique, car il n’arrivait pas à le faire coïncider avec la musique. Heureusement pour nous, c’est cette dernière passion qui l’emporta sur son destin spirituel. Fondateur en 1997 de l’un des groupes rock les plus marquants des années 2000, The White Stripes, il en signe la séparation officielle du groupe en février 2011. L’homme de Détroit de 38 ans continue sa carrière musicale dans plusieurs groupes et devient aussi un producteur de renom. Hyperactif, Mr Blanc commence en 2012 sa carrière solo avec la sortie de son premier album Blunderbuss. Il nous revient cette année avec Lazaretto, son second album personnel sorti le 9 juin.
Bref, pour ce sacré Jack, le rock n’a plus de secret comme il nous le prouve avec Lazaretto extrait de l’album éponyme.

Air review, Young

Pour finir cette semaine musicale on vous offre un morceau où l’intérêt se trouve tant au niveau musical que visuel.
A l’occasion de la sortie de leur troisième album, le groupe originaire de Dallas a mis en ligne le morceau Young, véritable balade indie-rock qui donne envie de partir en voyage. Mais au-delà du très bon morceau, le clip qui l’accompagne est aussi remarquable. Réalisé par Mira Ruido, célèbre pour ses collages numériques, le clip retrace la course effrénée d’un garçon dans des paysages de plus en plus improbables. Visuellement bluffant, le clip ferait presque passer au second plan le morceau qu’il est censé illustrer !
Si vous voulez vous faire du bien aux yeux et aux oreilles, c’est par ici.

 

Guillaume Fournier 

Publicités