Guillaume Muller, le libournais devenu parisien


Son nom est Muller, Guillaume Muller. Et il fait trembler la nouvelle scène française ! Originaire de Libourne (Gironde), le jeune et talentueux chanteur qui se produit en différents lieux de la capitale débarque en Juin avec ses musiciens dans la région bordelaise, plus précisement au Rocher de Palmer à Cenon ! Pour l’occasion, Super Bobine – partenaire de l’événement – se devait de vous faire connaitre un petit peu plus cet artiste doué, et non moins (très) sympathique…

____________________

1966274_801290693233456_1233323243_o

____________________

Pourrais-tu, pour ceux qui ne te connaissent pas, faire une petite présentation de toi… Comment tu pourrais te définir ? En d’autres termes, « Guillaume Muller », c’est quoi ?

C’est moi ! [rires] Je chante depuis 2 ans et demi « sérieusement » puisque avant ce n’était que pour le plaisir. J’ai été bercé par les artistes français pour ainsi dire « pas trop récent », j’ai pas suivi de mode, j’ai été fan de Brel et de Renaud. Bon, étant plus jeune, de Claude François mais bon ça… [rires] Il y a avait aussi Balavoine, Polnareff puis Bénabar ! Ce que je fais, cela se rapproche de la « nouvelle scène française », avec des textes peut-être un peu plus romantiques mais aussi des chansons plus joyeuses.

Tu parlais de Renaud, Brel, je suppose que ce sont tes influences ?

Oui bien sûr. Pour l’anecdote, dans les premières chansons que j’écrivais et que j’ai proposé à mon guitariste qui est mon auteur, Léo Barginal, je lui ai dit « qu’est ce que t’en pense ? », il m’a répondu « c’est du Renaud quoi ! Musicalement et niveau texte on sent tes influences » !

Et surtout, tu as fait une chanson en hommage à Renaud !

Oui, co-écrite avec robert Geoffroy, un de mes auteurs. C’était ma toute première chanson, sortie en 2012. Pour un début, cela m’a fait plaisir de faire cette chanson.

___________________

____________________

Cela fait 2 ans et demi que tu chantes « sérieusement ». Originaire de la Gironde, qu’est-ce qui t’as dit tout d’un coup « Paf, je pars à Paris, je fais de la chanson » ?!

A la base, ce n’était pas pour ça. Au début, je partais à Paris pour y faire du théâtre. J’ai toujours aimé la chanson depuis mes 8 ans mais à 16 ans, je me suis découvert une passion pour le théâtre. A Libourne, je prenais deux cours de théâtre par semaine. Je voulais donc partir à Paris pour en faire, dans une école assez intimiste, où les gens sont assez proches. J’ai passé des auditions dans deux écoles différentes, dans lesquelles j’ai été accepté. […] C’est à Claude Mathieu que j’ai fait « Amsterdam » de Brel. Durant les premiers mois de l’école, je voulais chanter, j’ai rencontré Armande Altaï, j’ai commencé à faire mes premiers spectacles, j’ai rencontré l’ancien pianiste de Tino Rossi, puis j’ai formé un groupe, qui existe depuis décembre 2013


guillaume muller en concertPeux-tu alors nous présenter tes coéquipiers ?!

Il y a Léo Barginal, le guitariste principal, auteur et compositeur du groupe. Samuel, le bassiste, qui était celui de Léo dans son groupe. Wilfrid, guitariste électrique, rencontré via Internet. Mon premier batteur étant parti, j’ai contacté Benjamin, avec un niveau assez impressionnant qui donne des cours au conservatoire. Bref, J’ai des bons musiciens !!!

Et tu fais beaucoup de concerts à Paris…

Oui, mais on va changer la direction. Faire des concerts, c’est avant tout amener son public, ce qui est compliqué. Le public se fait au fur et à mesure. On a surtout joué au Kibelé, une salle de concert. J’essaye maintenant de trouver des endroits pour que les gens viennent sans pour autant devoir payer l’entrée pour nous écouter. On essaye aussi de plus en plus de jouer en province, et dans les festivals

Justement, pour la saison des festivals…

On en a un, le festival de la Chanson Française, à Montluçon ! On fera un concert d’une heure et demi le samedi 16 Août à 18h00. C’est cool les festivals, ça permet aux gens de découvrir, écouter ce qui est proposé.

_______________

________________

Dans ton EP, on découvre une certaine diversité dans tes morceaux : des ballades, des chansons qui bougent un peu plus… avec toujours une même priorité : les paroles !

Oui bien sûr, cela vient de mes influences… Brel, Renaud, Bénabar, où les mots sont très importants ! Concernant l’EP, il y a des chansons plus calmes, d’autres avec des sonorités pop rock. Sur un EP, c’est difficile de former un univers, mais simplement pour faire une première écoute, découverte. […] Il y a un projet de studio, pour faire une maquette…guillaume muller

Dans tes chansons, puisqu’elles ne sont pas écrites par toi-même, qu’est ce qui te faire dire « cette chanson, c’est la bonne par rapport à une autre » ?

Quand la chanson est terminée, on juge en première écoute surtout avec la mélodie. « tempête de grêle », direct, je l’ai prise ! J’en refuse certaines, car les mélodies me plaisent pas, ou les textes sont très recherchés. Je recherche surtout des chansons qui parlent au public. Depuis février, je me remets à écrire, composer… cela donne la chanson « marion », petite nouveauté du groupe !

Mais qui est Marion alors ?

Mystère ! [rires] C’est une fille que j’ai rencontré, mon idéal féminin, celle qui représente la femme parfaite selon moi…

J’ai remarqué que tes chansons parlaient surtout d’amour. Peut-on dire que Guillaume Muller est un grand sentimental ?

 

Oh [rires], je ne sais pas ! Je pense que je le suis plus que ce que je pense en fait ! Ça fait un peut bizarre de dire ça, mais je pense que je dois l’être un peu, sinon je ne prendrai pas les chansons que j’ai ! [rires] il a par exemple « il me manque ». Au début, je n’aimais pas du tout cette chanson, je me sentais un peu « lavette »… et finalement, elle exprimait des choses, et elle est bien accueillir par le public, qui l’aime bien. Maintenant, elle me dérange moins, elle me plait, me touche.

Un dernier mot pour finir cette interview en beauté ?

Eh bien… Merci ! [rires]

Merci à toi !

____________________

____________________

Venez découvrir Guillaume Muller au Rocher de Palmer (Cenon, près de Bordeaux) le Samedi 16 Juin, mais aussi au festival de Montluçon le 14 Août ! N’oubliez pas non plus de voter pour lui sur France Bleu à partir de 9 Juin lors des finales ! 

Par Yohann Sed

Publicités