Retour sur le festival européen du court-métrage de Bordeaux et découverte du palmarès !


Hier soir se clôturait le XVIIème festival européen du court-métrage de Bordeaux, et SuperBobine y était. Retour sur cette grande soirée du petit film.

               20h15, la salle 15 de l’UGC ciné-cité de Bordeaux est remplie, et nous voilà parti pour plus de deux heures de courts métrages (11 films étant diffusés).
La projection débute par la sélection Talent Aquitains, avec 4 films de la région (Destino, Empty Space, Cole et Silence), et la soirée s’annonce d’ores et déjà  prometteuse. Destino, réalisé par Zangro, où l’histoire d’un mariage dont le cameraman qui s’occupe de filmer le DVD souvenir n’est autre que l’ex de la mariée, attire tout de suite notre attention, par des dialogues parfaitement ciselés, un humour qui fait mouche et une tension bien présente. Dans un tout autre genre, Silence, de Pierre-Gil Lecouvey, racontant l’histoire d’un jeune couple qui décide de s’enfermer une nuit entière dans une bibliothèque, nous plait énormément, avec un genre à mi-chemin entre l’humour et le thriller.

L’équipe du film Destino, photo Sud-Ouest

Puis, le public découvre la suite de la compétition Européenne qui avait débutée la veille ; nous y voyons 7 films : Premier Automne, La femme de Rio, Greenfields, Moritz und der Waldschrat, Rabbit and deer, Cargols ! et Cargo Cult. 4 films d’animations et 3 fictions comprenant une comédie romantique, des drames, une parodie de film d’horreur « nanar », etc. : pour les amoureux de cinéma, c’est un réel bonheur de passer d’un genre à l’autre, de naviguer dans plusieurs univers, surtout quand les films sont de cette qualité.

Moritz und der Waldschrat, film allemand de 20 minutes réalisé par Bryn Chainey est notre grand coup de cœur ; avec une réalisation très soignée et pudique, le réalisateur nous livre l’histoire d’un petit garçon qui doit veiller sur son frère malade, et qui rencontre une étrange créature en forêt, métaphore du passage entre la vie et la mort. On sort de ces 20 minutes complètement bouleversé, grâce notamment à une révélation finale scotchante. Ce film prouve une fois de plus que le court-métrage est un format formidable, qui n’a parfois rien a envier à de longues superproductions américaines.

Moritz und der Waldschrat, photos slofilmfest.org

Le film d’animation Rabbit and Deer, réalisé par le hongrois Péter Vacz s’est également démarqué des autres. Tout d’abord potache et bon enfant, montrant l’amitié d’un Lapin et d’un Cerf dessinés en deux dimensions, ce film devient plus profond lorsque le cerf tombe dans une faille spatio-temporelle qui le transforme en 3D ; heureux d’être enfin ce qu’il a toujours voulu devenir, le Cerf est bouleversé d’être séparé du Lapin, toujours coincé dans un monde en 2 dimensions. Cette histoire qui pourrait paraître un peu naïve est en réalité une formidable métaphore sur l’amitié, la différence et l’acceptation de ce que l’on est.

Enfin, un autre film est sorti du lot : La femme de Rio d’Emma Luchini, avec l’écrivain et chroniqueur Nicolas Rey. Il raconte l’histoire de Gabriel, ancien alcoolique qui refuse de sortir de chez lui. Un soir, une jeune femme sonne à sa porte pour récupérer son téléphone portable qu’il avait retrouvé ; à partir de ce moment, ils décident d’imaginer toute une vie de couple, en une seule nuit. Drôle et touchant, ce film pourrait faire un très bon long-métrage.

Avec une très bonne organisation et une sélection de qualité, la XVIIème édition du festival Européen du Court Métrage est une réussite, et à peine la soirée se termine que l’on se dit déjà : « Vivement l’année prochaine ! »

 

Palmarès :

Meilleurs films du vendredi 4 avril par le public :

Sélection Talents Aquitains : Destino, de Zangro.

Sélection européenne, fiction : La femme de rio, d’Emma Luchini

Sélection européenne, animation : Rabbit and deer

 

Prix du jury (Laurence Arné, Andy Kemp, Pierre Pinaud et Philippe Myoux) :

Vainqueur de la compétition Talents Aquitains : Destino, de Zangro.

Vainqueur fiction de la compétition Européenne : The Mass of men de Gabriel Gauchet (diffusé le jeudi)

Vainqueur animation de la compétition Européenne : Duku Spacemarines, du collectif La mécanique du Plastique.

Prix du jury étudiant :

Vainqueur fiction de la compétition Européenne : The mass of men, de Gabriel Gauchet

Vainqueur animation de la compétition Européenne : Rabbit and Deer, de Péter Vacz

Par Clément Corbiat.

Publicités