A la rencontre du jury du Festival Européen du Court-Métrage de Bordeaux


Le Festival Européen du Court Métrage de Bordeaux, organisé par l’association étudiante Extérieur Nuit, est enfin de retour ! Au programme, une cinquantaine de courts métrages vont se disputer pour savoir lequel d’entre eux va particulièrement retenir l’attention du jury, composé de Laurence Arné, Pierre Pinaud, Andy Kemp et Philippe Myoux. Super Bobine, dont la curiosité ne s’est jamais démentie, se devait de les rencontrer et d’en savoir un peu plus sur cette 17ème édition…

_______________

10168152_10152360716652847_1205055272_n

Philippe Myoux, Andy Kemp, Laurence Arné et Pierre Pinaud

Retrouvez cette photo sur la page Facebook officielle du festival ! 

Tout d’abord, il convient de vous informer de l’état d’esprit du jury, chers lecteurs ! Laurence Arné, qui campe le rôle de la présidente, s’est montrée tout particulièrement heureuse de participer à ce festival. Tenant personnellement à cœur ce domaine spécifique du cinéma – le court-métrage – que la culture française ne laisse point tomber, l’actrice n’hésite jamais à regarder des court-métrages lorsque l’occasion se présente ! Le réalisateur Pierre Pinaud est également « content de pouvoir défendre le court métrage », puisqu’il en garde de très bons souvenirs, lui-même en ayant tourné un bon nombre. Il considère par ailleurs que le court métrage est une « expérience humaine très forte », voire une « sorte de vivier, formation, tremplin », tout en rajoutant que c’est un « milieu d’expression très libre », où pratiquement aucune contrainte de production, casting ou de rentabilité n’ose pointer le bout de son nez. Aussi, il a accepté d’être membre du jury pour la simple et bonne raison qu’il s’est toujours engagé de le faire dès que cela lui serait possible. Selon lui, en tant que réalisateur il est très important de rester lié avec les gens qui vont et font du cinéma. Andy Kemp savoure lui aussi l’instant et nous a dévoilé que c’est un grand privilège pour lui d’être présent, ou plutôt que c’est « wonderful » d’être dans le jury afin de défendre et célébrer le court-métrage, puisque la Grande-Bretagne n’offre pas l’opportunité d’en découvrir autant. Philippe Myoux, gagnant du concours UGC illimité et par conséquent membre du jury comme le veut la tradition du festival, stipule que c’est un véritable « plaisir de partager cela avec des professionnels », se sentant alors très « heureux d’être dans le jury ».

Mais être membre d’un jury n’est pas chose aisée, loin de là ! Surtout lorsqu’il faut prononcer la décision finale, à savoir laquelle de ces œuvres repartira avec le fameux prix du festival. En conséquence, nos quatre jurés ont-ils des critères de sélection ? Pas vraiment pour Laurence Arné, qui préfère se laisser emporter par les émotions, par « ce qui va [la] toucher » tout particulièrement, tout en faisant tout de même « la part des choses entre un film qui fait rire et un film qui risque des choses ». D’autant plus que – selon Pierre Pinaud – « on peut être touchés par différentes raisons », dont la mise en scène par exemple. Le réalisateur de Parlez-moi de vous a par ailleurs rajouté qu’il ne partait pas avec des aprioris pour effectuer ses choix, préférant rester ouvert sur ce qu’on lui propose mais surtout estimant que la décision est surtout un « objet de discussion » puisqu’il y a des critères d’adhésion et de rejet propres à chacun. « On ne peut pas mettre de critères, cela reste un choix subjectif, c’est-à-dire que l’on va privilégier telle ou telle chose », nous a indiqué Philippe Myoux.

Comme vous pouvez donc le remarquer, le jury semble opérationnel et engagé à 200% (voire 300%) dans la tâche qui lui est confiée ! Pour connaitre son verdict, une seule chose à faire : se ruer coûte que coûte vers l’UGC Ciné Cité Bordeaux ce vendredi 4 avril à 20h15, heure de début de la projection des court-métrages qui sera suivie d’un cocktail et la remise des prix. Super Bobine a déjà pris ses places… faites-en de même, sacrebleu !

_______________

 

En savoir plus sur Laurence Arné…

Laurence Arné dans "A coup sûr" (2014)

Laurence Arné dans « A coup sûr » (2014)

source image : allocine.fr

La présidente du jury a commencé sa carrière en tant qu’humoriste, repérée par Dominique Farrugia qui « [l’a] mise sur les rails ». Ses one-woman show ont rencontré très vite du succès, ce qui lui a permis en conséquence « de toucher d’autres domaines » dont le cinéma. N’hésitez donc pas à squatter la cinémathèque la plus proche de chez vous pour regarder les films de la jeune actrice, de « l’amour c’est à mieux à deux » à « à coup sûr » en passant par « un jour mon père viendra » mais encore « dépression et des potes » pour ne citer que ceux-là.

Ayant également joué dans plusieurs courts-métrages, l’occasion était pour Super Bobine de savoir si le jeu en tant que comédien est le même pour un court-métrage et un long métrage : « en tant qu’actrice, on se prépare de la même manière », nous a-t-elle fait remarquer. Les courts-métrages, selon elle, permettant de rentrer dans des choses dont on ne s’attend pas sur des longs-métrages, « il faut bien se préparer, pour être à 600% à fond ! ». Par ailleurs, Laurence Arné nous a évoqué l’exigence des courts-métrages : « il faut une certaine structure, avec une fin surprenante, surtout dans la comédie », puisque tout doit être bien rythmé.

L’actrice, ayant fait une partie de ses études à Bordeaux et ayant même travaillé pour l’UGC Ciné Cité Bordeaux (un des partenaires de l’événement) nous a également informé que ce n’était point la première fois qu’elle endossait le rôle de jury dans un festival, puisqu’elle a participé au festival de Deauville « c’est très dur la première fois […] dur pour débattre, défendre ses idées », mais aussi celui de l’Alpe d’Huez récompensant les comédies.

Pour ce qui est de ses projets, la jeune cinéaste a en tête l’idée de réaliser un film… affaire à suivre, les amis !

 « Si je devais vivre dans une ville de province, ce serait à Bordeaux ».

_______________

En savoir plus sur Pierre Pinaud…

Pierre Pinaud et son César du Meilleur Court-Métrage (2009)

Pierre Pinaud et son César du Meilleur Court-Métrage (2009)

Source image : lepaysbriard.fr

Originaire de Montauban, Pierre Pinaud est réalisateur, son premier long-métrage « parlez-moi de vous » étant sorti en 2012 et mettant en scène Karin Viard, dont le rôle du personnage qu’elle incarne avait été écrit rien que pour elle. Cet ancien élève à l’école Louis Lumière de Cinéma rêvait de faire ce métier, mais ne pouvant commencer par un long-métrage, il s’est ainsi lancé des challenges par étapes et a écrit des histoires courtes. Il a également réalisé de nombreux courts métrages afin de montrer de quoi il était capable.

Son travail a par ailleurs été récompensé par le César du meilleur court-métrage en 2009 avec « les Miettes », qu’il a « fêté pendant  un an ! [rires] » avant de laisser ce prestigieux prix dormir en paix sur son piano.

_______________

Par Yohann Sed

Publicités