Retour sur le festival « BULLES EN HAUTS DE GARONNE 2014 » à Bassens et DESSINS INÉDITS !


Ces 29-30 mars s’est déroulé à Bassens, près de Bordeaux, la treizième édition du festival « Bulles en Hauts de Garonne ». Super Bobine y était et a pu rencontrer quelques auteurs présents…

____________________

CHRISTIAN CAILLEAUX

Des aventures d’Arthur Blanc-Nègre aux longues traversées en passant par le café du voyageur pour ne citer que cela, Christian Cailleaux n’est pas à son premier coup d’essai !  Au cours de sa carrière, l’auteur a également travaillé avec Bernard Giraudeau, collaboration dont il a lui-même provoqué les choses. Ayant travaillé en solitaire sur une série d’albums évoquant les voyages dont l’Afrique, Christian Cailleaux avait envie d’une rencontre et s’est donc tourné vers Bernard Giraudeau, avec qui il lia une grande amitié. C’est ainsi qu’en 2001 est née le marin à l’encre, évoquant la découverte du monde et l’entrée dans l’âge adulte. Pour ce qui est de la conception d’une BD, Christian Cailleaux nous a indiqué qu’il n’avait pas tellement de règles, puisque tout dépend selon lui du scénariste avec qui il collabore : parfois ce n’est qu’une idée de départ, ou bien une histoire bien plus construite. Ce qui l’intéresse le plus est de raconter une histoire, afin de vivre comme il l’entend, son travail étant souvent lié aux voyages puisque cela lui permet de trouver de l’inspiration.

_____________________________

20140330_194938

PIERRE DRUILHE

Pour sa 13ème édition, le festival « Bulles en Hauts de Garonne », organisait une résidence avec Pierre Druilhe,

Qu’est-ce qu’une résidence ?

Les résidences existent dans de nombreux domaines, comme la littérature, la musique, le théâtre, et bien sûr la bande-dessinée. Il s’agit d’inviter un artiste pour qu’il puisse travailler sur une œuvre personnelle. Il est alors rémunéré et logé, et il doit en contrepartie animer des ateliers BD dans plusieurs écoles de la région.

Pour Pierre Druilhe, cette résidence lui a permis d’avancer sur la création du tome 2 de Welcome to America. Après un premier volume décrivant un voyage aux Etats-Unis, le second se concentrera sur la Turquie.

Formation et découverte de la BD

Pierre Druilhe est détenteur d’un bac C (ancêtre du S), mais après une remise à niveau, il entame un BTS de publicité, voulant alors faire du dessin. Mal orienté, il se retrouve dans la branche « publicité-volume », mais finie par rentrer aux beaux-arts de Toulouse. Oui mais voilà, Pierre Druilhe ne parvient pas à trouver le « concret » dont il a besoin pour se lancer dans la vie active et surtout gagner de l’argent, et, délaissant peu à peu les cours, il est renvoyé au bout de la 4ème année.

Pendant tout ce temps, il crée des petites BD, d’abord pour lui-même. Devant faire face à de nombreux problèmes financiers, et « étant presque à la rue » – comme il le dit lui-même – il décide de se lancer à temps plein dans la bande-dessinée.

Un travail diversifié

Outre ses créations personnelles, Pierre Druilhe collabore au journal La Décroissance, dans lequel il publie deux pages chaque mois, auxquelles s’ajoutent généralement une illustration de l’éditorial. Comme il consacre environ 5 jours pour ces deux pages, la création d’une nouvelle BD prend donc du temps (s’il se consacrait seulement à ça, il pourrait produire entre 4 et 8 pages par mois). En effet, le processus de création est long, puisqu’il faut d’abord réunir de la documentation, chercher des idées originales, décortiques chacune d’elles, puis ensuite les illustrer. Surtout que Pierre Druilhe aime énormément peindre à l’acrylique, pour un rendu très minutieux, mais qui demande alors beaucoup plus de temps.

Pour Pierre Druilhe, le métier d’auteur de bande-dessinées n’est pas facile tous les jours. Et si aujourd’hui sa situation est plus stable, il touche tout de même moins que le smic. L’incertitude que l’ouvrage se vende ou pas, ainsi que de nombreuses remises en questions sur la création, font que cette profession peut être parfois instable. Mais comme il le dit lui-même : « Dans ce monde merveilleux, tout est possible ».

 

_____________________________

1526854_10201764328737543_632678053_n - Copie-001

DELPHINE CUVEELE ET DAWIID

Delphine Cuveele et Dawiid sont les auteurs de la BD-jeunesse Passe-Passe, décrit comme un hommage à toutes les grands-mères. Une jolie petite histoire, qui est par ailleurs le premier scénario pour Delphine Cuveele, déjà dans le monde du livre depuis quelques temps,  qui a osé relever le défi de se lancer dans un projet de BD. Une fois l’histoire écrite, elle a fait la rencontre de Dawiid, très convaincu par l’histoire ! Mais de quoi parle « Passe-Passe » ? En ouvrant ce livre, l’enfant suit une petite fille et sa grand-mère, qui vont partager pleins de moments ensemble. A chaque aventure,  une couleur de la mamie disparait, au profit d’un petit papillon qui n’est jamais bien loin…

_____________________________

EDMOND TOURRIOL

 Nous avons pu rencontrer Edmond Tourriol, scénariste de BD et traducteur de Comics, connu pour sa série Banc de touche, publiée dans le journal L’Equipe en 2010, et plus récemment pour Zlatan, bande-dessinée dédiée au célèbre footballeur suédois.

Qui est Edmond Tourriol ?

Depuis toujours, ses deux passions sont le football et la BD. Mais « Comme j’avais plus de chance d’être auteur que joueur professionnel, je me suis donc tourné vers la BD ! »,nous dit-il.

C’est ainsi qu’en 2010, dans une période où l’équipe de France jouit d’une image catastrophique, il se lance avec quelque amis dans une caricature des bleus, « si réaliste qu’elle fut souvent prise pour une adaptation officielle ! ».

 Quelques 10.000 exemplaires vendus plus tard, et une publication régulière dans L’équipe, l’auteur décide de sortir un Hors-série Marseille, sur le même ton ironique. Mais suite à la faillite de son éditeur, ce hors-série se vend mal (même si le début était très prometteur, avec 500 ventes par semaine), et peu de personnes veulent à nouveau lui faire confiance ; surtout que dans ce milieu, « un projet sur vingt sont signés », nous dit-il.

Finalement, Hugo et Compagnie, maison d’édition spécialisée dans les livres sportifs, lui propose de consacrer une BD à Zlatan Ibrahimovic, car elle ne veut pas de Banc de touche. Pourtant, Zlatan est dans la même lignée que cette dernière, toujours sur un ton décalé et moqueur.
Le succès étant au rendez-vous, un tome 2 est bientôt prévu, consacré à l’absence de la star suédoise lors du mondial 2014 au Brésil. Parallèlement, Edmond Tourriol ambitionne de publier pendant la coupe du monde un « Banc de touche Brésil », avec une page de gag en temps réel chaque jour, sur internet.

Quel est le processus de création de Banc de touche ou Zlatan ?

Tout d’abord, Edmond et les autres scénaristes se renseignent sur l’actualité sportive, et lisent beaucoup (les biographies de sportifs, etc.), puis imaginent un certain nombre de gags. Sur 150 idées de départ, un tri est effectué, puis les idées retenues sont envoyés à l’éditeur, qui les valide ou non. Au final, 40 gags sont retenus, et sont ensuite développés sur une page.

Vous pouvez retrouver tout l’univers d’Edmond Tourriol et de ses BD comico-footballistiques, sur le site http://www.makma.com.

_____________________________

20140330_194915

NINIE ET DAVIDE CALI

Ninie, dessinatrice de la série « Cruelle Joelle », était également présente, l’occasion pour Super Bobine de revenir sur la genèse  de cette bande-dessinée. Tout a commencé au salon du livre jeunesse à Bologne, lorsqu’elle a fait la rencontre du scénariste Davide Cali. Très vite, l’envie de construire un projet commun se dessinait, centré sur une histoire à la limite du fantastique, dans la veine de l’Etrange Noel de Monsieur Jack et la Famille Adams. C’est ainsi que l’idée de Cruelle Joele leur est venue. Pour ce qui est du processus de création, c’est très simple (façon de parler !) : Davide Cali lui envoie le scénario complet de l’album avec l’intégralité des dialogues, page par page puis le détail des lieux. Ensuite, vient le travail en storyboard, ainsi que le crayonné en taille réelle, l’étape de l’encrage. Enfin, Ninie scanne le tout pour mettre en couleurs sur photoshop. Un travail donc long mais non moins passionnant et intérressant comme la BD, dont le quatrième album est en projet…

____________________________

Pour finir, JORGE GONZALEZ, auteur de « Hard Story » et « Le Vagabond », vous présente l’une de ses petites créations…

1978900_10201764331577614_1144596680_n

Publicités