Geek # Steam, s’est évaporé !


Steam, la plateforme de jeux de la firme Valve, développeur de Half Life, Left4Dead ou encore Counter-strike, s’est évaporé pendant plusieurs heures ce Jeudi 13 mars. Il n’est pas rare que Steam ait un petit dysfonctionnement de temps en temps, mais cette fois-ci, cela a totalement paralysé la plateforme, mis à part le Steam DataBase, en Europe de l’Ouest, mais également sur tout les autres serveurs mondiaux de ce géant. En faisant le compte, la totalité de l’Europe, Ouest Nord et Sud, l’Asie, le Brésil, l’Australie et même les Etats Unis de la côte Ouest à celle de l’Est.

La coupure s’est produite vers 18h, heure française. Jusque là, il n’y a pas eu de panique de la communauté. Toutefois, grâce à l’outil de visualisation d’état des serveurs de Valve (http://steamstat.us/), l’on pouvait s’apercevoir d’une coupure généralisée. Nombreux ont été ceux qui ont laissé des messages d’incompréhension. Il était impossible de se connecter à Steam via son launcher ou par le site, ce qui a fait en sorte de ne rien pouvoir faire. Entre le moment de la coupure et le rétablissement des serveurs européens ouest, il s’est passé 3 heures et demi environ. Car effectivement, les serveurs ne sont pas tous revenus au même moment, s’agissant de continents différents. Durant cette coupure l’évolution a été fluctuante, puisque le SteamStore, permettant d’acheter les jeux sur la plateforme, a eu des Up et des Down incessants. L’Europe de l’Ouest a été la première à retrouver ses serveurs, suivi de la côte Est américaine, puis de l’Asie, et enfin la côte Ouest, le Brésil et l’Australie. Bien évidemment, cela ne s’est pas fait d’un coup, les serveurs démarrant et s’arrêtant avant de se stabiliser. Tout s’est terminé, avec approximation, entre 23h et minuit heure française, en prenant en compte une stabilisation parfaite.

Nombres de comptes connectés, remarquez les trous vers 18h : Steamdb.info

Cet événement rappelle étrangement ce qu’il s’est passé le 3 janvier dernier où Steam, mais également Origin, la plateforme d’Electronic Arts, Blizzard de World of Warcraft, ou encore SOE de Sony, avaient subi une attaque informatique du type DDOS (denial of service attack). Ce type d’attaque consiste à submerger un réseau à l’aide d’un programme complexe pour le saturer et ainsi le désactiver. Certains ont émis l’hypothèse rigolote et sans grand sérieux que cela serait à cause des finales du tournoi Katowice, sur le jeux Counter-Strike: Global Offensive, mais cela semble très peu probable. L’hypothèse d’une attaque DDOS semble la meilleure des pistes, cependant qui aurait fait ça ? Durant les événements du 3 janvier, un groupe de hacker s’étaient approprié cet exploit, mais qu’en est-il ici ? Nous ne le serons peut-être jamais.

Prioreau Rémi.

Publicités