Songs of a Sunday Morning : Top 10 des chansons oubliées des sixties


«Vous ne pouvez pas faire mieux que deux guitares, une basse et une batterie.», disait Lou Reed, mort le 27 Octobre 2013. Pionnier du rock avec le Velvet Underground, il a commencé sa carrière dans les années 60, époque bénie de la musique. Toutefois, on a jamais fini de déterrer des chefs-d’œuvre de l’époque « sex, drug & rock’n’roll ». Alors installez-vous confortablement avec une tasse de café et une clope au coin de la cheminée, petite séance de rattrapage, let’s go !!!!

  

1-      The Rain, The Park & The Other Things – The Cowsills (1967)

Commençons avec du surf rock ! Vous avez sûrement du entendre cette chanson dans le sketch du Palmashow « Quand c’est la première fois ». Pour tout vous avouer, j’ai cru que c’était les Beach Boys qui chantaient, FAUX ! Peu connus, cette chanson reste leur seul tube outre-atlantique. Et c’est bien dommage…

2-      Making Time – The Creation (1966)

Ce groupe anglais, lui aussi peu connu en France a surtout joué dans des petits clubs anglais et en Allemagne en plein milieu des sixties, dans l’ombre des Who ou des Kinks. Cet hymne rock sonne rock garage façon British. Par ailleurs, la chanson est reprise au tout début de l’album Back To The Bus du quatuor anglais Babyshambles créé par Pete Doherty. « Sex, Drug & Rock’n’Roll » !!!

3-      Surfin’ Bird – The Trashmen (1963)

La voix atypique de Tony Andreason, le son lourd de la basse… Ce son qui débouche les narines est considéré comme le point de départ du rock garage, aujourd’hui porté par les Hives, les Strokes et quelques groupes français comme HushPuppies. Ce son est tellement culte que Stanley Kubrick l’a utilisé dans Full Metal Jacket. Magique, culte, génial, les mots ne manquent pas pour décrire cette bombe rock

4-      Because of You – Marvin Gaye (1964)

Ce n’est pas la chanson la plus connue du Prince of Soul, mais dieu qu’elle est belle ! Datée de 1964, cette chanson issue de l’album When I’m Alone, I Cry est de mon opinion l’une des plus belles de Marvin Gaye. Faites plaisir à vos oreilles et écoutez, vous ne le regretterez pas !

5-      Helter Skelter – The Beatles (1968)

Cette chanson des Beatles est totalement atypique car elle ne sonne pas Beatles. Au départ, Paul McCartney l’a composée comme une réponse au tube I Can See For Miles des Who sorti peu de temps avant. Et pour le coup, Sir Paul n’a pas raté son coup, I Can See For Miles passe pour de la mauvaise vinasse à côté du millésime 1968 des Beatles. A consommer sans modération.

6-      Candlelight On Crystal – Henry Mancini (1968)

A film culte, chanson culte. Créé pour le film The Party avec Peter Sellers et Claudine Longet, elle est moins connue que la chanson Nothing To Lose, la chanson la plus connue de la B.O, mais elle détend tout autant et transporte. Romantiques, cette chanson est pour vous !

7-      Lucifer Sam – Pink Floyd (1967)

Les débuts du célèbre quartet alors emmené par son premier leader Syd Barrett. Ce n’est pas le Pink Floyd de Dark Side Of The Moon ou de Wish You Were Here, mais les Floyd se forment dans ce studio n°1 d’Abbey Road et au préalable sur les scènes underground de Londres. Faisant partie de l’album The Piper At The Gates Of Dawn, le son psychédélique des Floyd commence à partir de cette chanson.

8-      Lazy Sunday – Small Faces (1968)

Un autre groupe anglais et un autre film génial. Les Small faces n’ont pas duré longtemps mais ont eu le temps de créer quelques petits joyaux comme ce Lazy Sunday, utilisé dans le film Good Morning England, qui donnerait envie de se lever tôt un dimanche matin… non faut pas déconner non plus.

9-      Look Ka Py Py – The Meters (1969)

La fin des années 60 consacre le développement d’un style issu du jazz : le Funk. Parfaitement incarné par James Brown et The Meters, le style connait son apogée dans les années 70. En attendant, les Meters créént ce bijou groovy qui passerait parfaitement dans une boite de nuit années 70. Shake your body !

10-   Raindrops Keep Falling On My Head – BJ Thomas (1969)

Pour finir, je ne pouvais pas louper le Folk, style qui correspond parfaitement aux années 60. Cette chanson fut utilisée dans le film Butch Cassidy et le Kid incarnés par l’un des duos les plus célèbres du cinéma Paul Newman-Robert Redford. Encore une fois, à film culte, chanson culte.

Par Cédric H.

Publicités