L’amour est un crime parfait – Un thriller à la française très réussi


Ce mercredi est sorti L’amour est un crime parfait, librement adapté du roman Incidences de Philippe Djian par les frères Larrieu, avec Mathieu Amalric, Karin Viard, Denis Podalydès, Maïwenn et Sara Forestier. Un casting 5 étoiles, mais une réussite pour autant ?

Synopsis

Ce thriller se centre sur la vie d’un professeur de littérature dans une université du Var, joué par Mathieu Amalric, qui a régulièrement de nombreuses aventures avec ses étudiantes. Un jour, l’une d’elle disparait, et il se retrouve au cœur des soupçons. Sous une ambiance crispée voir parfois malsaine, une pléiade de personnages gravitent : la sœur, jouée par Karine Viard, la belle-mère de l’étudiante disparue, jouée par Maiwenn, le supérieur hiérarchique de Mathieu Amalric, campé par Denis Podalydès, et enfin Sara Forestier en étudiante très entreprenante.

Angoisse et vitalité

L’amour est un crime parfait fait partie de ces films qui nous réconfortent sur l’avenir du cinéma français : oui, il a encore quelque chose à offrir. Non pas que vous trouverez dans ce nouveau film des frères Larrieu une originalité folle, une copie totalement nouvelle qui bouleverserait notre vision du cinéma (quoique), mais simplement une fraicheur et une vitalité qui remplissent parfaitement nos attentes.

Photo www.unifrance.org

Ce film est avant tout un très bon thriller à l’ambiance tendue, qui nous tient en haleine jusqu’à la fin. Nous suivons l’évolution du personnage de Mathieu Amalric, qui continu de séduire ses étudiantes après la disparition de l’une d’elles, et nous voyons son évolution, ses doutes, sa complexité, ses craintes et ses pulsions. Mathieu Amalric est une évidence pour ce rôle, et l’on se dit que personne d’autre n’aurait pu le jouer à sa place, tant il le campe avec une incroyable justesse.

Dans la vie d’un séducteur névrosé

Le spectateur suit donc ce professeur de littérature, soupçonné par ses collègues de la disparition de l’étudiante, car ils lui connaissent son penchant séducteur, et qu’ils savent qu’il a eu de nombreuses aventures avec d’autres jeunes femmes.
Nous le suivons aussi auprès de la belle-mère de cette étudiante, qui cherche du réconfort en le fréquentant. Nous savons que quelque chose va dérailler, va finir par faire sauter cette mécanique bien huilée, car le protagoniste, bien que dominateur, se laisse gérer par ses pulsions, et nous savons qu’elles conduiront à sa perte. Mais nous ne savons pas quand, ni comment, ni de qui va venir la sentence, et c’est bien cette question qui nous captive.

Il ne faut plus laisser les thrillers aux américains

Ce film est donc un très bon thriller à la française. Il ne faut plus laisser les thrillers aux américains, sous le prétexte, évidemment justifié, qu’ils en font de très bons. Et il ne faut plus se contenter, nous les français, de drames lacrymaux qui ont autrefois fait notre renommée, mais qui ont aussi cristallisés un visage plat et dépassé du « film à la française », dans les imaginaires collectifs.

S’il ne faut pas laisser les thrillers aux américains, c’est que les français sont capables d’en faire des très bons. Non pas en calquant ce qui se fait outre-Atlantique, mais bien en y insérant la vision française du cinéma. C’est en ce point que L’amour est un crime parfait est réussi. La tension est là, l’angoisse est posée, mais une ambiance bien française – et ce n’est ici évidemment pas péjoratif – est présente. Une poésie peut-être, en tout cas un amour des arts et de la culture, une passion pour les sentiments, et une volonté de nous présenter des personnages complexes.

Car le personnage joué par Mathieu Amalric est complexe. Sorte de Dom Juan du 21ème siècle, homme fort, charismatique et qui attire toutes les femmes qui l’entoure avec une facilité déconcertante, il laisse pourtant apparaitre de vrais faiblesses, des failles qui le rendent touchant, en tout cas humain.

Un film de personnages

Photo Ouest-France

Le cinéma français, c’est avant tout des personnages, et ici vous ne serez pas déçu. Karin Viard campe la sœur de Mathieu Amalric, aimante comme une sœur l’est avec son frère, et peut-être même un peu plus. Car si l’ambiance du film est si tendue, c’est en partie à cause de cette relation étrange et presque malsaine qui unie le frère et la sœur.

Le film est donc glacial, ce qui contraste avec la vitalité des pulsions sexuelles du protagoniste. Il l’est de par l’ambiance, mais aussi grâce aux magnifiques décors enneigés du Var, filmés avec une vraie justesse, qui nous laissent une impression de sublime au sens kantien du terme.

L’ambiance peut faire penser à celle de Basic Instinct, dans la mesure où l’érotisme et le désir tranchent avec la peur et l’angoisse.  Car oui, c’est avant tout un film d’ambiance, qui est privilégiée au détriment d’un vrai scénario, mais avec grande réussite. L’humour cynique qui colle à la peau de Mathieu Amalric en est d’autant plus jouissif.

En résumé, « L’amour est un crime parfait » est un film très réussi, que je conseille à tous les détracteurs du cinéma français. Courrez-y, enquêtez, perdez-vous vous aussi dans les eaux troubles de la tentation, vous ne serez pas déçu.

Clément Corbiat, 16 janvier 2014.

Publicités