The Elder Scrolls Online: Premières impressions


The Elder Scrolls Online, le premier MMORPG de Bethesda, a ouvert ses portes le temps d’un week-end, et nous avons pu avoir la chance de le tester dans sa version BETA. Ici vous trouverez les premières impressions que ce jeu tant attendu fait ressortir. 

Commençons par le commencement, tout d’abord la création de personnage. Fidèle aux «autres». The Elder Scrolls prédécesseurs, les possibilités de création de personnages sont très grandes. Tout ou presque peut être modifié au niveau des proportions du corps et du visage, de la taille à la coiffure. Il y a bien sûre le choix entre 9 races que sont les Rougegardes, Orcs et Brétons pour l’Alliance de Daguefilante, mais également les Altmers, Bosmers et Khajiits pour le Domaine Aldméri et enfin les Nordiques, les Argoniens et les Dunmers pour le Pacte de Coeurébène. Le choix des classes est assez simple, puisqu’il n’y en a que quatre, que sont le chevalier dragon (un guerrier de dégâts), le Templier (un soigneur), le Sorcier (magie offensive) et la Lame Noire (une sorte d’assassin magique). Après avoir configuré et nommé son personnage, l’on peut cliquer sur Play !

12 2

On rentre directement dans l’action, puisqu’à l’image des autres TES, nous devons nous évader d’une prison se trouvant dans l’Oblivion. Je ne vous en dit pas plus pour ne pas vous spoiler l’histoire. C’est là que l’on s’aperçoit de la maniabilité du personnage dans ses déplacements mais également dans les combats. C’est instinctif. Le personnage répond instantanément au mouvement que l’on veut faire, avec des animations vraiment bien réussies ! Les combats sont dynamiques puisque le système de skills est un peu estompé et laisse place à un style de combat assez proche de ce qu’à déjà fait Bethesda. Le monde qui nous entoure est rempli de petit détails, comme des petites souris dans les maisons, ou autre éléments de décors insignifiant smais qui font toute la différence. Les graphismes sont corrects et bien optimisés qui ne laissent place à aucun ralentissement. Et dernière petite surprise : le système de crochetage, qui ressemble beaucoup à celui de The Elder Scrolls : Oblivion.

3

4

5

Il y a toutefois deux choses qui me chiffonnent dans cette avant première. Il y a tout d’abord le fait que l’on ne puisse pas voir très loin puisqu’il y a une sorte de brouillard cachant le lointain, ce qui est un peu dommage au vu de la beauté de ces paysages détaillés. La deuxième, et qu’en y pensant, est que le jeu aura comme modèle économique celui de l’abonnement mensuel qui, comme tout le monde le sait, est en perdition. Tous les autres jeux de ce système, sauf World of Warcraft et des irréductibles, se sont rétractés sur d’autres modèles économiques. Espérons que Bethesda ne fera d’erreur grave. TESO nous a montré durant cette avant première un grand potentiel, mais qui espérons le ne tournera pas à la catastrophe !

 

Rémi Prioreau

Publicités