« The Lunchbox » : le régal de fin d’année


the-lunchbox11

Cette semaine est enfin sorti sur les écrans de l’hexagone un film non pas Bollywoodien mais indien tout de même, puisque indépendant : The Lunchbox. Super Bobine, qui a rencontré l’équipe du film,  vous donne son avis sur ce film bourré de nourriture, d’amour, et d’eau fraiche et très éloigné de tous les clichés et idées reçues que les occidentaux peuvent avoir sur les films indiens.

Réalisé par Ritesh Batra, il met en scène Irfan Khan (Slumdog Millionnaire, The Amazing Spider-Man), la belle Nimrat Kaur (One Night with the King) ainsi que Nawazuddin Siddiqui (Talaash), trois acteurs certes méconnus pour beaucoup d’entre nous, mais dont le talent est pourtant indéniable.

SYNOPSIS

Ila est le personnage principal de ce film, une jeune femme délaissée par son mari qui décide s de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa lunchbox au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Mais la Lunchbox a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, bientôt à la retraite. Comprenant qu’une erreur de livraison s’est produite, Ila glisse alors dans la lunchbox un petit mot, dans l’espoir de percer le mystère et enfin découvrir quelle est cette personne qui mange malencontreusement sa nourriture.

430981-the-lunchbox

NOTRE AVIS

On en ressort tout simplement ému. On ne peut pas parler de comédie romantique car comme nous l’a d’ailleurs dit le réalisateur : « il n’y pas de classification, on ne peut pas donner de genre à ce film », mais cela s’en rapproche, notamment en deuxième partie. Quoi qu’il en soit, c’est léger, c’est beau, c’est original. On suit avec passion l’évolution de cette liaison entre cette jeune femme et ce monsieur. Ils apprennent à se connaitre par le biais de petits mots déposés au milieu de cette succulente nourriture. Sans même s’être vu ils se dévoilent, c’est le moment des confessions. Et au fur et à mesure, une complicité s’installe entre ces deux personnes. Ainsi donc, l’erreur commise par les livreurs est un « miracle » pour les personnages, comme nous l’a signifié Ritesh Batra. Ils sont bousculés dans leur petit quotidien bien monotone, eux qui étaient enfermés dans le temps. Car la notion de temps, de la nostalgie est très importante dans ce film : les années 1980 sont dorénavant loin, très loin, mais c’était « la belle époque », une décennie où la « télévision proposait de meilleurs programmes », toujours selon R. Batra. Notre jeune femme reste dans ce présent qu’elle ne supporte plus, avec cette relation avec son mari qui bat de l’aile, et ce futur retraité enfermé dans le passé où sa femme était encore à ses côtés. Mais grâce à cette rencontre, de l’espoir renait en eux. Et cet espoir, ils le partagent avec nous.

Et en plus de cela, cela sent la subtilité, la sensibilité, la simplicité. Il y a des petites pointes d’humour. Les personnages, interprétés par des acteurs tous très talentueux, deviennent touchant. La nourriture, très présente, nous donne envie de déguster tous ces petits plats : de la sauce, du riz, des épices. Bref, ce film est un moment exquis et délicieux, imprégné de délicatesse et de poésie, d’exotisme aussi, puisque nous nous retrouvons au beau milieu de la société indienne, bien différente de la notre. Car au-delà de l’histoire entre ces deux personnes, il  nous fait aussi et surtout  découvrir la vie quotidienne en Inde, tel un vrai documentaire. Pas étonnant, quand on sait que le réalisateur s’est déjà initié dans le documentaire… en traitant du système  Lunchbox justement, qui apparait dans le film, et qui vous émerveillera.

Dans ce film, il est question de la place de la femme dans la société. Rester à la maison ? ou travailler ? « un choix », comme nous l’a indiqué l’actrice Nimrat Kaur. Mais ce film nous dévoile aussi ces journées de travail, cette ville de Bombay, ces transports en commun. Tout ce qui, au final, peut rendre la vie bien monotone et fatigante. Mais heureusement, l’espoir n’est jamais loin, et ce que veut nous faire comprendre la fin du film, surprenante, et qui ne laissera en aucun cas le spectateur indifférent.

Bref, le film The Lunchbox est un pur régal, un délicieux met dont on en redemande encore et encore, dont ne on peut que féliciter le chef qui signe ici son tout premier long-métrage. N’hésitez pas à aller voir ce film indien.

Publicités