Sous nos pieds… Les fourmis (partie 1)


L’homme qui foule le sol sans prendre garde à ce qui l’entoure, qui  regarde au loin et marche sans baisser les yeux, oublie souvent que quelque chose de fort gronde sous ses pieds… C’est la science fiction qui évoque ce monde des fourmis, à la fois inhumain, surhumain et trop humain, avec ses colonies, voire ses fédérations, ses super-cités monumentales, ses soldats et ses ouvriers-êtres asexués créés sur commande, ses esclaves et ses hôtes indésirables… La fourmilière ne tombe jamais en panne et semble déjouer avec une intelligence subtile les pièges des plus destructeurs. La fourmi est l’individu, qui sans mentir, a bâti le plus de villages sur la surface du globe. Une organisation à faire pâlir d’envie les ingénieurs responsables de nos réseaux de communication. ..

 

Fourmiz

Fourmiz

 

Les fourmis sont présentes depuis plus de 100 millions d’années sur la planète (elles sont donc plus vieilles que nous !) et sont parmi tous les habitants de la Terre, ceux qui ont le mieux réussi, n’en déplaise aux hommes. Elles ont su s’adapter à toutes les conditions climatiques et vivent partout, même dans les environnements les plus hostiles. Elles sont des millions de milliards d’individus, il n’existe pas un kilomètre de terre ferme dépourvu de fourmis.

La fourmi se distingue de la majorité des insectes vivants par son incroyable mode de société dans laquelle chacun des individus est amené à remplir un unique rôle dans le but de perpétuer l’espèce.  C’est ce sentiment de vivre pour les intérêts de la fourmilière, avant celle de l’individu, qui a permis cette réussite exemplaire et leur présence sur toute la Terre.

–          Les fourmis des  bois vivent en super colonies,  c’est-à-dire qu’il y a une fourmilière mère et des fourmilières filles. C’est un peu comme un Etat, avec sa capitale et ses villes de Province. Tous ces nids sont reliés entre eux par un important réseau de pistes, ce qui permet aux fourmis d’échanger à la fois de la main d’œuvre et de la nourriture.

–          chaque fourmi a une fonction particulière. La reine pond et ne fait que ça. Elle pond en moyenne 30 œufs par jour ! Certaines fourmis sont là pour faire le ménage, elles vont emmener tous les déchets vers une sorte de poubelle. D’autres jouent le rôle de croque-mort, elles vont emmener les fourmis mortes vers un cimetière. Et puis il y a surtout les nourrisses qui s’occupent des œufs, des larves, et des cocons et qui passent leur temps à les lécher et à leur donner la tété. Les larves vont ensuite se tisser un cocon à l’aide des nourrices, et en 1 mois – 1 mois et demi, on obtient une fourmi en parfait état de marche.

 niger4

–          Les fourmis reconnaissent le sexe de leurs larves. Un exemple concret est celui-ci : Si un conflit oppose les reines à leurs ouvrières, ces dernières préféraient investir plus d’énergie dans l’élevage des femelles que celui des mâles. Elles peuvent modifier le rapport des sexes dans un sens qui leur est plus favorable pour la transmission de leur patrimoine génétique !

 –          Les fourmis ont différentes manières de communiquer (elles sont pleines de ressources !)  La communication peut être de nature chimique : une substance est secrétée que seules les fourmis peuvent sentir, et ce, grâce à leurs antennes. Ce signal chimique porte à la fois l’information  sur l’espèce, la société, la caste et le stade de développement auquel appartiennent les individus rencontrés. C’est un peu le même système que nos papiers d’identité, mais en plus pointu encore ! Il peut aussi avertir d’un danger ou signaler la présence de nourriture.

Sonore : La fourmi peut produire un crissement aigu grâce à un mince grattoir situé sur sa taille et de fines crêtes parallèles situées sur l’abdomen. Les fourmis réagissent à ce signal par l’intermédiaire de leurs pattes (détecteurs sensibles aux vibrations du sol). Ce signal peut servir comme signal de détresse (lorsqu’une fourmi est en danger, elle envoie ce signal pour que les autres puissent lui venir en aide),  pour informer sur la qualité de l’alimentation (l’intensité de la vibration émise dépend de la valeur nutritive de la nourriture), pour demander du renfort (lors de la découverte d’un aliment de grande taille qui nécessite l’aide de plusieurs fourmis pour le transporter), et pour finir pour alerter d’un danger (signal qui excite les fourmis et les incite à être plus agressives pour répondre à une attaque).

Tactile : Chez la plupart des espèces, certains types de messages simples et directs sont transmis par rapport physique, comme par attouchement, tapotement ou effleurement. Visuelle : qui est une forme de communication couramment utilisée au stade primaire de l’évolution, et qui est de moins en moins utilisée. Ce mode de communication peut être utilisé dans les cadres des danses (qui symbolisent la création d’un nouveau nid), ou encore pour signaler une aliment, une graine par exemple : la fourmi tourne frénétiquement autour de celle-ci jusqu’à ce que d’autres ouvrières la voient.

1

… La suite de l’article très prochainement sur Super Bobine ! Restez connectés ! 

Par Lison G.

Publicités