« loved me back to life » – entre efficacité et qualité


Après son album francophone « sans attendre » sorti il y a à peine un an, Céline Dion est de retour avec des chansons écrites dans la langue de Shakespeare, le tout regroupé dans « loved me back to life ». cela faisait depuis « taking chances » sorti en 2007 et auréolé d’une tournée mondiale pleine de succès. Mais place au présent : ce 3 novembre 2013, Super Bobine s’est rué dans les rayons du disquaire du quartier pour se procurer ce nouvel album… Impressions.

Il était d’abord prévu que ce nouvel opus contienne de très nombreuses reprises qu’elle chante durant son spectacle à Las Vegas, mais finalement « loved me back to life » d’une durée d’une heure comprends une grande majorité de titres inédits. Inutile donc de vous signaler que Céline Dion fut une fois de plus très bien entourée pour la préparation de ce nouveau bijou : sur la liste des collaborateurs Sia, Ne-Yo, Walter Afanasieff (ayant travaillé pour Michael Jackson, Mariah Carey, Whitney Houston,…), Kuk Harrell (Rihanna, Beyoncé), Eg White (Adele, James Blunt) pour ne citer qu’eux. Et autant vous dire tout de suite que le résultat est plus que satisfaisant. Effectivement, « loved me back to life » est un album efficace mais surtout de qualité, mélangeant la soul, la pop, et le soft rock, ce qui ne fait  que du bien aux oreilles : cet album prouve encore une fois que Céline Dion est une grande chanteuse à la voix unique. D’ailleurs, elle n’hésite à pousser sur les cordes vocales sur certains titres (par exemple, le single « loved me back to life »), ce qui est une bonne surprise dans la mesure où la chanteuse québécoise ne nous avait pas procuré ce plaisir dans son album précédent, en français, « sans attendre », bien plus timide. Autre point (plus que) favorable, le fait que les morceaux qui nous sont présentés dans « loved me back to life » s’inscrivent dans un style musical bien actuel, dans ce qui se fait aujourd’hui et surtout ce qui marche. Céline Dion, dont l’amour est encore et toujours un thème central (un peu trop non ?) dans ses chansons, surfe alors sur l’air du temps et nous entraine sur des pistes qui « bougent » (« somebody love somebody »), d’autres plus calmes (nous pensons par exemple à « didn’t know love », « always be your girl ») surtout dans la seconde moitié de l’album. Sans oublier les très bons duos avec Stevie Wonder (« overjoyed ») et Ne-Yo (« Incredible »). Ainsi, il est évident que certains d’entre eux entrent dans le palmarès des meilleures chansons de la diva. Bref, un album qui s’inscrit dans la continuité des précédents, donc un opus synonyme de qualité qui reste d’ailleurs de faire encore un carton planétaire

Par Yohann Sed

Publicités