LA « PSYCHOSE » D’ALFRED HITCHCOCK


« Ma mère, comment dire… ne se sent pas très bien aujourd’hui »

marion-crane-dans-psychose

Source image : melty.fr

Tout a été dit sur Psychose, tout a été rabâché, je ne vais donc pas en remettre une couche, cela serait d’aucune utilité pour nous. Toutefois, je peux tout de même donner mon avis, SANS raconter l’histoire bien sûr, épreuve ô combien difficile avec ce genre de film…

A vrai dire, on ne sait pas trop par où commencer… Car tout est génial dans le film. Alfred Hitchcock nous sert ici un délicieux met, que nous sommes forcément obligés d’apprécier, et d’ailleurs, on voudrait même  y re-goûter ! Commençons par le casting : fabuleux. Tous jouent à merveille, ils sont à fond dans leurs personnages, ils y croient dur comme fer : en d’autres termes, ils sont incroyablement crédibles. On voit très peu Janet Leigh, mais elle joue le personnage clé, celui qui fera du tort à Anthony Perkins, le gérant du Motel. N’oublions pas non plus la mère de celui-ci, dont je ne révélerai pas l’identité, cela serait terriblement dommage… Et la réalisation…! Mamma mia, une vraie leçon de cinéma ce film ! la photographie est bien travaillée. Pas évident de rendre un noir et blanc aussi parfait, somptueux. Mais il est tellement bien traité que nous ne pouvons que nous dire au final qu’un tel film ne peut pas être en couleur, cela gâcherai l’ambiance du film. Les plans sont si bien cadrés qu’il y a des moments, on se croirait presque à côtés des personnages, voire dans leur corps… par exemple, la caméra nous donne l’impression que c’est nous qui sommes dans la salle de bain, à la place du patron du Motel Bates, tout prêt de la jeune fille qui prends sa douche (je n’en dis pas plus). A croire qu’il veut nous montrer que nous aussi, on peut être de sacrés méchants, et de gros voyeurs (la scène avec l’œil derrière le tableau)… Ainsi, on peut s’identifier de temps en temps au personnage ; les moments où ils pensent et où l’on entend simplement une voix-off nous permettent en partie cela.

Bien sûr, nous retrouvons tous les éléments qui font les principales caractéristiques des films de notre bon vieil Alfred ! Une belle blonde au cœur de l’intrigue, des gens « normaux » impliqués dans une histoire saugrenue. Du mystère, de l’incompréhension, du suspense (Alfred n’en est pas le maître pour rien), de l’angoisse, une petite ambiance pas très rassurante voire inquiétante et glauque. L’horreur est également au rendez-vous, surtout à partir du moment où nous connaissons la véritable identité du criminel. Car oui, ce chef d’œuvre est certes un film d’épouvante mais il a tout de même certains aspects du thriller, avec la petite enquête qu’il y a et les nombreuses interrogations qui naissent chez le spectateur complètement envouté – si je puis dire – par l’intrigue, qui est en fait l’adaptation du roman de Robert Bloch, Psycho. La seule chose que l’on peut reprocher au film est que l’on voudrait en savoir un peu plus… surtout à la fin, qui reste néanmoins magistrale.

Au final, Psychose s’avère être un excellent cru ! Réalisation cruellement bien maitrisée, casting parfait, intrigue prenante. Les scènes d’anthologie sont nombreuses… un film magistral, un grand classique, un chef d’œuvre.

 

Le saviez-vous ? La sinistre maison est devenue une attraction à… Disneyland Paris !

Psycho-house

Source image : artspla.over-blog.com

Par Yohann Sed

Juillet 2013

Publicités