L’éblouissante « vie d’Adèle »


Auréolé de la palme d’or 2013, le très attendu la vie d’adèle sort enfin sur nos écrans. Super Bobine a eu la chance de le visionner, dans le cadre du festival international du film indépendant de Bordeaux (FIFIB), et ne peut s’empêcher de donner son avis sur cette œuvre très controversée, notamment au sujet des conditions de tournage très difficiles, selon les techniciens et les deux actrices principales que sont Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux…

-® Wild Bunch - La Vie d'Ade¦Çle

La vie d’adele, c’est le parcours d’une jeune fille sur environ dix années, de son expérience avec un garçon jusqu’au début de son épanouissement en tant que femme, en passant par une histoire d’amour qui l’a marqué à jamais. Le réalisateur Abdellatif Kechiche nous décrit une histoire très psychologique et laisse le spectateur dans la tête (l’intimité) d’Adèle du début jusqu’à la fin du film, sans aucun moment de répit. TOUT le film se centre autour de ce personnage, on ne la quitte à aucun moment. Captivé et envouté, le spectateur se sent alors véritablement concerné par ce qui lui est raconté. D’autant plus que des thèmes, tout à fait intéressants en plus d’être très actuels et avant tout vécus par une grande majorité d’entre nous – sont abordés ! le passage de l’enfance à l’âge adulte avec la découverte de la sexualité et tout ce qui en découle, soit le développement intellectuel, les premiers pas vers l’amour, la soif de normalité, les attirances, les expériences, le fait d’accepter et assumer ses choix, mais aussi la façon dont ces choix peuvent être vus par l’entourage. Ainsi, tout n’est pas simple dans la tête d’Adèle et le spectateur ne tarde pas à le comprendre. Celui-ci essaye de savoir concrètement ce qu’il se passe dans en elle, compatis à ses souffrances, doute avec elle, peut comprendre ses choix et son comportement également. Il s’égare avec elle, ne sait plus vers quelle direction aller, totalement désorienté. Il arrive ainsi à se poser les mêmes questions qu’elle : n’est-ce finalement qu’une simple expérience axée dans la recherche de maturité ou est-ce bien plus que cela ? A vous d’y répondre.

-® Wild Bunch - La Vie d'Ade¦Çle 2

Mais ce spectateur est le plus souvent troublé, voire provoqué. D’une part parce qu’il est constamment présent dans l’intimité d’Adèle, ce qui devient génant au fur et à mesure que le film avance. La façon dont l’œuvre est filmée/montée accentuant encore plus cet effet avec toujours des gros plans sur son visage, la bouche, ses yeux… son sexe. D’autre part parce que certaines scènes sont tout de même dérangeantes voire déstabilisantes : voyeurisme pur, à la limite de la pornographie et l’on se demande alors pourquoi le réalisateur a voulu pousser le vice à ce point dans de telles scènes, aussi longues et déroutantes soient-elles. 

Malgré cela, il faut saluer le talent d’Abdellatif Kechiche qui a su maitriser avec brio la réalisation de son film. Comme le dit le cinéaste Santiago Amigorena que nous avons eu la chance d’interviewer, il a incroyablement bien filmé Adèle Exarchopoulos, que l’on pourrait alors contempler pendant des heures et des heures. Il y a également une symbolique des couleurs, notamment avec le bleu (les cheveux de Léa Seydoux puis la robe d’Adèle… un lien ?). D’autant plus que son film est truffé de séquences incroyablement belles qui ne peuvent qu’émouvoir le spectateur au plus profond de lui-même. et la musique… très bien choisie. Mais il faut surtout applaudir les performances des deux actrices lors des scènes très intimes, qui ont dû être incroyablement épuisantes et déstabilisantes.

Mais il faut pas oublier d’évoquer le fait que Abdellatif Kechiche nous dévoile avant tout une oeuvre réaliste. Cela se remarque dans les dialogues qui retranscrivent incroyablement bien ce que peuvent dire les adolescents entre eux [les protagonistes étant adolescents]. Ce côté réaliste se retrouve aussi dans les scènes intimes où l’on ne nous cache rien. 

 

La vie d’adèle est avant tout une très belle histoire d’amour d’une sensibilité rare, mais aussi un excellent récit d’apprentissage imprégné de peines de cœur et de découverte intérieure. D’autant plus qu’il traite d’un sujet encore brulant dans notre société avec réalisme et sans aucune pudeur. Troublante, dérangeante, mais surtout épatante, la vie d’Adèle fait partie de l’une de ces romances cinématographiques qui ne laissent pas de marbre. A voir. Indubitablement.

Par Yohann Sed (Stanislas Lefort)

 

photos : Wild Bunch

Publicités