FIFIB 2013 – Film en compétition : Die Welt


Du 3 au 9 Octobre a lieu la 2ème édition du Festival international du film indépendant de Bordeaux (FIFIB). Huit films sont en compétition pour décrocher la Lune d’or, prix remis par le jury présidé par Anne Parillaud. Chaque jour, SuperBobine publiera un article sur les films diffusés, et essaiera d’établir un palmarès.

Aujourd’hui, Die Welt d’Alex Pistra.

normal_die_welt_001_still

Source image : dohafilminstitute.com 

Synopsis publié dans le dossier de presse :

Vendeur de DVD à Tunis, Abdallah subit les effets de la crise économique et de l’après-révolution. Après la rencontre avec une touriste hollandaise, il pense trouver une vie meilleure de l’autre côté de la méditerranée. Levée de la frontière entre fiction et documentaire, stylisation et nervosité de la caméra à l’épaule. Die Welt est un film hybride où se lit une tendance du cinéma actuel mais aussi le métissage d’Alex Pitstra, cinéaste hollandais d’origine tunisienne.

Avis :

Die Welt permet de mieux comprendre la vie de la jeunesse tunisienne au lendemain du printemps arabe. Pour eux, rien ne semble avoir réellement changé, et la préoccupation majeure est l’argent. Ce film nous permet de voir le point de vue d’un jeune tunisien, son ressentit sur les évènements qui se sont déroulés dans son pays, ainsi que sa vision du monde extérieur. La manière dont c’est filmé nous donne l’impression d’un documentaire, ce qui renforce le réalisme, et donc l’intérêt du film, qui est de nous informer sur la vraie réalité.

La réalisation est en effet vraiment intéressante et originale, puisque parfois, lorsqu’une conversation a lieu entre plusieurs personnages, la caméra est fixée sur l’un d’eux en gros plan (donc sans nous montrer les autres), à la manière d’un anonyme qui s’exprime devant  une caméra pour une interview.

De plus, c’est un film qui fait réfléchir sur une jeunesse et sur un peuple qui se sent perdu, délaissé. Le protagoniste est en perte de repères. Il critique par exemple l’impérialisme américain, le rejette, mais pourtant son idéal de richesse et de réussite est bien le mode de vie occidental, comme le montre son rêve d’avoir un frigo rempli de Coca. C’est aussi montré lorsque sa sœur veut le dernier ordinateur portable à la mode, ou enfin lorsque certaines personnes obtiennent une Mercedes.

Il y a donc un flou entre des idéaux moraux et des envies normales, qui peuvent se comprendre par le manque d’argent et la vie très dure.

Pour autant, le film n’est pas du tout misérabiliste et nous montre des gens qui veulent s’en sortir ; nous avons alors des moments très joyeux. Ainsi, certaines scènes prêtent à sourire, puisque c’est exactement la thèse du film : toujours lever la tête et ne jamais se laisser abattre par les coups durs.

Die Weltdiewelt1

Source : focusarnhem.nl

Die Welt est donc un bon film, qui permet de mieux comprendre une société qui est parfois montrée de manière caricaturale, et non avec justesse et pudeur, comme c’est le cas ici.

Clément Corbiat, le 04/10/2013

Publicités