une Joconde globe-trotter


Vous savez très bien que Mona Lisa est l’une des vedettes du Louvre et du best-seller (ainsi que de son adaptation cinématographique)  Da Vinci Code. Mais connaissez-vous réellement le voyage extraordinaire de la Joconde ? En effet pendant de longues années, c’est-à-dire de la mort de Léonard de Vinci à aujourd’hui, la Joconde a changé plusieurs fois de domicile… Super Bobine se devait donc, par souci du professionnalisme, de vous énumérer ces quelques demeures qui ont eu la chance de se faire squatter par cette ravissante petite toile.

Mona_Lisa

Source image : http://www.scientistofamerica.com

Aux côtés de Léonard De Vinci et de sa copie (retrouvée en 2012) depuis le début de sa création en 1503 à Florence, elle se retrouva orpheline à la mort du Maître en 1519, à Amboise. A qui donc pouvait-elle bien revenir ? Certains disent à un élève de Vinci ou bien directement à François Ier. En tout cas, une chose est sûre, ce prince de la Renaissance l’a bel et bien récupéré un jour, et l’a transposé au château de Fontainebleau où elle a changé souvent de place : tantôt dans le cabinet des peintures tantôt dans le cabinet doré de la chambre d’Anne d’Autriche. Puis bien des années plus tard, notre valeureux Louis XIV prend la décision de la transposer à Paris : le Louvre… puis les Tuileries… puis Versailles ! Autant dire qu’il en connait des palais (et des clous accrochés au mur) ce portrait de Mona Lisa ! Il revient ensuite au Louvre pour l’inauguration en 1793 du Muséum central des arts de la République (c’est ainsi que le musée du Louvre se prénommait). Mais ce cher Napoléon Bonaparte veut la faire une fois de plus déplacer, comme si elle n’avait pas déjà assez bougé ! Direction les Tuileries donc, où elle est est exposée dans les appartements de Joséphine de Beauharnais. Mais comme La Joconde ne s’y plait pas, elle repart une fois de plus au Louvre en 1802, son domicile fixe. De temps en temps, elle partait en vacances : en 1870 par exemple, elle fuit son domicile pour se réfugier dans les souterrains de l’Arsenal de Brest. Vous comprenez, à l’époque, c’était la guerre franco-prussienne, alors forcément, il fallait se cacher ! Mais juste le temps de la guerre, évidemment ! La Joconde est bien trop heureuse au  Louvre, au milieu de ses copains et copines. 

Mais voilà, le 22 août 1911, c’est le drame : Kidnappée dans l’enceinte même du Musée du Louvre. Incroyable ! Qui a bien pu voler cette chère et tendre Mona ? Picasso est suspecté (non, ce n’est pas une blague !). Elle n’est retrouvée qu’en 1913, quand un antiquaire florentin donne l’alerte : un client nommé Vincenzo Perrugia était venu pour lui vendre l’œuvre d’art. la raison de ce vol ? le patriotisme. Solennellement, La Joconde fut exposée à Florence puis à Rome avant de retrouver sa demeure qu’elle n’avait pas vu depuis trois ans.

A cette date, plus jamais La Joconde n’a osé quitter ce majestueux endroit… Sauf quelques fois ! Durant la Grande Guerre, elle séjourna à Bordeaux puis Toulouse. Lors de la « Drôle de guerre » (c’est ainsi que fut nommée la seconde guerre mondiale à l’époque), elle fit le tour de nombreuses propriétés : le château de Chambord, les caves du château d’Amboise, l’abbaye de Loc-Dieu, le musée Ingres de Montauban, et aussi sous le lit du  conservateur du musée du Louvre en exil dans le château de Montal en Quercy avant de terminer son voyage dans de nombreuses demeures du Lot et des Causses. En 1963, elle fait un voyage diplomatique aux Etats-Unis, où elle est accueillie par un certain John F Kennedy à Washington puis New-York. Après ce petit séjour, elle a décidé de mettre fin à sa vie d’aventurière. Oui, elle préfère largement se reposer derrière sa petite vitre blindée. Ce qui n’est pas plus mal, après tout…

La_Joconde_(Le_Louvre)_(8226631218)

Source image : commons.wikipedia.org

 

Par Stanislas Lefort

Publicités