MUSIQUE – CHRISTOPHE VOUS OFFRE LE BONHEUR


2747575_6f771d56-aad0-11e2-b81f-001517810e22

L’été arrive bientôt… et qui dit « été » dit « musique » forcément ! Alors cette semaine, je me suis amusé à chercher quel album sorti récemment pourrait bien me plaire… Je  voulais évidemment quelque chose d’assez léger, « no prise de tête ». Et puis des chansons en français, pour que je comprenne bien !

Alors, je me suis tourné vers le nouvel album de Christophe Maé, une des nouvelles coqueluches de la chanson française, intitulé « je veux du bonheur ». Et à la première écoute, le bonheur, le soleil, la joie de vivre se dégagent principalement de cet album, très rythmé et qui passe vite finalement. Quarante minutes, avec autant de bonne humeur, c’est court…. Mais suffisant !

Dès la première chanson, on sent la chaleur qui se dégage de l’album, et même Christophe Maé le dit « dis-toi qu’il fait chaud, je veux de la joie, de l’amour » : une belle introduction pour un album qui contient tous ces éléments tant aimés.

Et puis la deuxième piste commence : « ma douleur, ma peine ». On en conclue alors que l’album sera très vivant, très rythmé, un vrai régal pour l’été ! Pas de prise de tête, on écoute, on a envie de bouger, s’éclater, chanter avec Christophe, surtout sur « tombé sous le charme », premier extrait de l’album sorti à la radio.

C’est très jazzy, un peu groove, reggae, avec évidemment, une petite touche de pop. N’oublions pas non plus la voix de l’artiste, une voix rocailleuse, enrouée, mais qui se marie très bien avec la musique qu’il nous propose. L’ensemble est assez poétique. D’autant plus que l’album nous transporte dans un autre pays, d’autres contrées. Il nous dépayse très vite. A certains moments, on se croirait dans le bayou, en Louisiane, au Mississippi, au Massachussetts… Il est donc clair que Christophe Maé a été influencé par ses voyages… Il y a aussi beaucoup d’amour dans ce troisième opus de l’artiste. On pense bien sûr à « ne t’en fais pas » où il prend les traits d’un homme dévoué, malgré le fait qu’il doit partir… il y a aussi « tombé sous le charme », « ma jolie » (un petit côté dragueur se dégageant de cette chanson), et enfin « la poupée », qui se démarque de l’album, sans doute parce qu’elle est plus puissante que les autres, plus transcendante.

Christophe Maé est un garçon qui pense, qui se ressasse le passé… C’est l’impression que l’on a quand on écoute «  a l’abri » (c’est un homme de paroles : il sait garder les secrets !) ou bien « charly » et « l’automne » où la mélancolie est au rendez-vous : le cœur de Christophe serait-il brisé ? Cette saison le déprime sans doute un peu ? En tout cas, il retrouve très vite sa joie de vivre dans « ma jolie ». Et finalement, il ne parle pas que du passé… « Et dans mille ans sait-tu où l’on sera ? », extrait de la chanson « l’olivier ».

Pour finir l’album en beauté, le chanteur a voulu nous interpréter une très belle chanson d’Arthur Simms « It’s only mystery », qui lui va très bien. Il a su donner sa petite touche à lui, se l’approprier comme il le faut, tout en restant fidèle à l’original.

Cela dit, même si cet album est très positif, Christophe Maé n’a pas tellement pris de risques. On tourne un peu en rond, en comparaison à ce qu’il a fait dans ses deux premières œuvres. Mais c’est son style à lui, tout cela… donc on ne peut finalement pas critiquer le fait qu’on retrouve quelques ingrédients des précédents opus. Tout de même, « je veux du bonheur » est sans doute moins naïf, plus travaillé. C’est un album bien écrit : il y a dans l’ensemble des jolis petits textes.

En conclusion, nous pouvons dire que Christophe Maé nous a procuré pas mal de bonheur, chose qu’il voulait par-dessus tout, si on se réfère au titre de ce troisième album. Pas trop long ni trop court, cet opus à l’ambiance « nouvelle-orléans » est bien écrit. Ainsi, il nous offre des petites pépites que l’on entendra surement en boucle à la radio. Fidèle aux opus précédents, il ravira les fans et les personnes en quête de chaleur et joie de vivre… Note : 14/20

Par Stanislas Lefort

Publicités