ENTRE LES MURS


Je vais aujourd’hui vous parler du film qui a obtenu la Palme d’Or au festival de Cannes 2008 : Entre les murs.

 En 2006 parait le livre Entre les murs de François Bégaudeau. Ce livre est pratiquement autobiographique, puisque l’auteur s’est basé sur sa propre vie d’enseignant pour l’écrire. Il obtient le premier France-Culture Télérama, et l’écrivain décide de l’adapter au cinéma. C’est une réussite puisqu’il obtient en 2008 la palme d’or du festival de Cannes.

entre

Synopsis :

François est professeur de français d’une classe de 4ème, dans un collège difficile. Il utilise alors des techniques « non-académiques », comme des joutes verbales, pour essayer d’intéresser ses élèves. Partisan de la discussion plutôt que de la punition, il pousse les élèves et n’hésite pas à aller au « contact ».
Mais ces techniques, pourtant appréciées des élèves dans un premier temps, pourraient se retourner contre lui…

Casting :

Le réalisateur du film est Laurent Cantet. Avant Entre les murs, il s’était fait remarqué dans quelques festivals pour Ressources humaines (1999).

Le scénario de Entre les murs est coécrit par Laurent Cantet, Robin Campillo et François Bégaudeau, et est adapté du livre éponyme de ce dernier.

Le livre entre les murs est le 4ème écrit de François Bégaudeau, et il s’écoule à 170 000 exemplaires. Dans le film, il reprend son propre rôle, celui du professeur de français.

Les autres rôles sont ceux des élèves et des professeurs. La particularité de ce film est que ces rôles sont tenus par de vrais élèves et de vrais professeurs. Les parents des élèves sont également leurs vrais parents. Nous pouvons citer quelques acteurs/élèves : Carl Nanor, Burak Ozyilmaz, Boubacar Toure, Louise Grinberg,  Esmeralda Ouertani, etc …

entre2

 Avis

 Ce film est un « presque huis-clos », les ¾ du film se passant dans une salle de classe.

Il est très réaliste et cela s’explique par les méthodes de tournage. Il a été réalisé dans une vraie salle de cours, dans le collège-même où étaient scolarisés les acteurs. Des cessions théâtres étaient alors misent en place dans l’enceinte du collège, et une caméra tournait tout le temps. Ainsi, certains moment improvisés, ou certaines vraies discussions entre les élèves ont étés gardées au montage.

Ce film nous fait réfléchir sur le système scolaire. Mais il ne veut pas montrer l’habituel constat de l’échec. Alors bien sur, nous voyons des élèves rebelles, non intéressés par le travail, mais tout n’est pas noir. François Bégaudeau a voulu insister sur la discussion, et c’est là qu’une notion positive ressort. On nous montre une vraie mixité, et donc des discussions colorées par les différentes langues, par les différentes expressions .

Parfois, cette classe est assez anxiogène, puisque l’on se met à la place du professeur. On exprime une sorte de pitié pour cet homme qui passe sa vie à essayer d’inculquer des connaissances à des élèves qui ne font aucuns efforts.

Parfois le professeur arrive à intéresser ses élèves, parfois non. Et c’est là que le film est une vraie réussite ; il est objectif, il ne dresse ni un tableau noir, ni un tableau blanc. C’est juste une chronique, la description d’une classe, dans tout ce qu’elle comporte.

  Anecdotes :

 Tous les élèves sont co-nominés au Prix Lumière 2009, pour une nomination spéciale du titre de meilleur espoir.

Ce film a reçu la Palme d’Or à l’unanimité, ce qui n’avait plus été le cas pour un film français depuis Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat en 1987.

entre3

Par John Doe

Publicités