MUSIQUE – « COLLEGE BOY », MAIS POURQUOI LA CENSURE ?!


Laurence Anyways, réalisé par Xavier Dolan

Laurence Anyways, réalisé par Xavier Dolan

C’est le clip le plus controversé de ces derniers jours. Et Pourtant l’alliance semblait plus que parfaite. Un groupe Mythique toujours au top avec leur nouvel Album « Black City Parade » et le jeune prodige du cinéma Québécois repéré au Festival de Cannes. Indochine et Xavier Dolan se devaient de nous éblouir. Et malgré tout ce que l’on peut en dire, ils l’ont fait. Le jeune réalisateur a déjà utilisé les musiques du groupe pour allier les paroles pointues avec ses images sublimes. Un mélange de confusion sexuelle et de révolte que Xavier Dolan sait exploiter comme on a pu le voir dans le très beau Laurence Anyways, sélectionné en compétition dans la catégorie un « Certain Regard » du Festival de Cannes l’année dernière.
Le clip est tourné en 4/3, noir et blanc. Il conserve une certaine esthétique « cliché » qui renforce la dureté du message. On y voit un jeune adolescent pris à parti par ses camarades, qui l’humilient jusqu’à la fin, dont je ne vous révèle rien. La musique s’allie parfaitement avec les images. Dolan a réussi à imager avec justesse et beauté tout le message contenue dans la chanson d’Indochine.

college boy

Encore une fois l’art, ici la musique et le cinéma, pointe du doigts un phénomène de société, du rejet de l’autre par sa différence (couleur de peau, religion, sexualité, opinions, mentalité). En plein débat sur le mariage pour tous, le clip propose sa vision des choses, les conséquences face à un comportement qu’on ne fait que regarder. Rien ne se passe, rien ne change. Les mentalités restent inchangées (face au lynchage démontré dans le clip par exemple), et pour cause on ne met rien en place pour les faire bouger.
Seulement on monte au créneau. Le CSA n’est pas content ! Ce clip est trop choquant, déplacé. On ne peut pas le montrer à la télé. Il a même été bloqué en France, sa diffusion sur internet soumis à la censure. L’art censuré au pays des droits de l’homme ?
Encore une fois on veut cacher la réalité, ne pas heurter. Indochine parle « des campagnes pour la sécurité routière », violente par choix, pour faire passer un message, et Dolan se défend et dénonce dans le Figaro ce que l’on voit pourtant à la télé dans de clip : «des filles en train de se verser de la vodka entre les seins, enduites d’huile, en se faisant traiter de salopes par les chanteurs », a-t-il poursuivi. «Si l’on comparait la violence distillée par les manifestations (contre le mariage pour tous) et celle de mon clip, ce dernier est un conte pour enfants». Le CSA peut mettre sa bride sur le clip, le bruit provoqué par l’éclat d’une génération viendra probablement ternir la beauté ineffable d’une société « parfaite ».

Cliquez pour voir le clip – ATTENTION, peut choquer les âmes sensibles

Note du clip, selon Stanislas Lefort : Un clip qui dérange certes, des images fortes mais symboliques. Un message pour enfin ouvrir les yeux. une oeuvre d’une rare qualité. 17/20

____________________________

Par Bobby Miney, le grand couturier, que vous pouvez également retrouver sur ce lien (page FAcebook : Marc Quoirez Couture)

Publicités