BIOGRAPHIE – ROMY SCHNEIDER


« Tu n’as jamais été aussi belle. Tu vois, j’ai appris quelques mots d’allemand pour toi « Ich Liebe Dich, Mein Liebe (je t’aime mon amour) » » Alain Delon, lui rendant hommage

  

"la piscine"

Une légende du cinéma. Une très grande actrice française. Mais une femme avant tout. Femme qui aura eu une vie chaotique, tragique. Femme qui a su retranscrire devant la caméra tout le mal que peut ressentir une personne. Femme qui est devenue un symbole de toute une génération, de tout un art.

L’éternelle « Sissi » du cinéma était d’une beauté incroyable. Son petit sourire en coin dégageant une certaine forme de malice, son regard à la fois pétillant et mystérieux, son accent au  charme fou. Elle aimait les films d’amour, elle en a fait plus d’un. Tout simplement parce qu’elle aimait l’amour avant toute chose : l’amour qu’elle portait pour ses enfants Sarah et David, pour ses amants,  pour la fiction avec ses partenaires du cinéma : Yves  Montand, Michel Piccoli, Philippe Noiret et évidemment Alain Delon, pour ne citer qu’eux.

Son jeu d’actrice était d’une réelle intensité, d’une réelle profondeur. On y croyait, à ses sentiments. Et on y croit toujours : les thèmes – le bonheur, l’amour, le déchirement, la peine, le doute – sont intemporels, ses films n’ont pas vieilli. Certes simples, mais toujours aussi beaux, toujours aussi intenses, toujours aussi émouvants. Car un film mettant en scène cette actrice a rarement une fin heureuse. Mais on s’y fait. C’est ce qui fait le charme, le style de cette étoile. A vrai dire, ce sont peut-être les durs moments qu’elle a dû affronter durant sa vie (la mort de son fils, les graves passages de dépression, essentiellement) qui ont permis à l’actrice de rendre ses rôles si crédibles, si émouvants.

_____

« C’est pour quand mon mariage ? Et surtout avec qui ? Je m’imagine déjà quelque part un homme, qui travaille ou qui flâne, mais qui vit et m’est destiné, sans pour autant le savoir ; ça me donne une drôle d’impression. » disait-elle

_____

Née en 1938 à Vienne, elle est la fille d’une actrice, Magda, connue pour avoir joué la mère de l’impératrice d’Autriche dans la trilogie « Sissi ». Difficile pour cette femme de continuer sa carrière d’actrice après la guerre, puisqu’elle s’était souvent montrée aux côtés d’un certain Adolf Hitler… C’est d’ailleurs sur sa fille qu’elle se tourne pour relancer sa carrière (et bien sûr, faire en sorte que son enfant réussisse dans ce métier).

Son premier grand rôle au cinéma. Tout le monde le connait. Tout le monde l’a déjà vue incarner ce personnage. C’est « Sissi » évidemment. Figure qui finalement ne la lâchera jamais. Film culte, héroïne culte. C’est mignon, plein de tendresse, de bons sentiments. On se laisse bercer et charmer par cette jolie histoire. Et déjà, l’actrice nous montre toute sa simplicité à l’écran, tout son charme, toute sa grandeur.

L’actrice a de véritables perles dans sa filmographie. De magnifiques bijoux du cinéma qu’il faut impérativement garder dans notre tiroir. « les choses de la vie », « César et Rosalie », l’incroyable et épatant « l’important c’est d’aimer » avec l’extraordinaire scène d’ouverture où elle n’arrive pas à dire « Je t’aime » (elle gagne ainsi le tout premier César pour la meilleure actrice !). Sans oublier « garde à vue » (courte apparition mais si essentielle pour ce chef d’oeuvre… !) et surtout « la passante du sans-souci » qui marque ses tous derniers instants devant une caméra, son ultime film.

_____

« A vrai dire c’est un sale métier d’être actrice de cinéma.
Actrice ! Il faut s’y donner de tout son cœur. Et, à un autre moment, il ne faut pas. On est assis ou debout, on crie, on pleure. Il faut se laisser aller, vivre la situation si on veut bien la rendre. En même temps, il faut garder ses distances, ne pas perdre la tête.
Je sais que je peux m’identifier au personnage que j’interprète. 
C’est comme un poison qu’on avale, auquel on s’habitue et qu’on maudit en même temps. »

_____

En fait, la très grande majorité de ses films sont des chefs d’œuvre. Ou bien des grands classiques du cinéma français. L’un des plus connus : « la piscine », avec le bel Alain Delon. Celui-ci dira d’ailleurs qu’il a vécu avec elle sa plus belle histoire d’amour ; commencée en 1958 sur le tournage du film « Christine » mais brutalement éteinte après cinq d’années d’idylle.

Cependant, il y un seul film qu’il ne faut absolument pas rater. Un seul. Sans nul doute le plus intense, le plus tragique, le plus bouleversant. En effet, « le vieux fusil » (qui a remporté le premier césar du meilleur film) nous dévoile toute la barbarie de l’Homme, tout le cynisme et l’horreur de celui-ci au cours de la seconde guerre mondiale. Une scène. Une scène qui ne dure pourtant à peine 1 minute pour nous déchirer profondément. Elle marque, cette scène. Je vous le garantie.

Au-delà de tout cela, cette femme a dû traverser bon nombres de périples dans sa vie, bon nombre de tragédies. Jusqu’au jour où, Le 29 mai 1982, elle est retrouvée morte, chez elle. Certains parlent de suicide. Alors que cela ne serait qu’une mort accidentelle. Quoiqu’il en soit, ce jour-là, le cinéma français a perdu une grande, une incroyable actrice au talent fou. Cette actrice, on peut la voir.  Elle brille dans le ciel… Cette étoile, c’est Romy Schneider.

_____

« Tu as de la chance. Tu es tranquillement assise devant ta cheminée. Tu as encore ton fils. Mais moi ? Je suis une femme fichue. A quarante-trois ans. » Romy Schneider

_____

Quelques grands classiques de Romy Schneider : Cliquez sur les titres des films ci-dessous pour voir les vidéos !

1. Le Vieux Fusil

le vieux fusil

2. La Piscine

  la pisicine

3. l’important c’est d’aimer

l'important c'est d'aimer

4. Sissi

sissi

5. les choses de la vie

les choses de la vie

6. la passante du sans souci

la passante du sans souci

7. Max et les ferrailleurs

max et les ferrailleurs

8. la mort en direct

la mort en direct

9. garde à vue

garde a vue

10. le mouton enragé

le mouton enrage

Par Stanislas Lefort

Publicités